Accès direct au contenu

Basket

Basket - NBA : Steve Kerr revient sur ses critiques contre ses joueurs !

Après la défaite de Golden State contre les Pacers, Steve Kerr s’était montré très critique contre ses joueurs. L’entraineur des Warriors est revenu sur ses propos.

La fin de saison régulière n’est pas de tout repos pour les Warriors. Privée de certaines de ses stars, la franchise californienne ne prépare pas les playoffs de la meilleure des manières. Dernièrement, Golden State s’était notamment incliné contre les Pacers, de quoi attisé la colère de Steve Kerr. « Oui, j’ai honte. J’ai honte. Je sais que ce match ne veut rien dire dans le classement, mais les playoffs démarrent la semaine prochaine. C’était embarrassant. Pathétique », lâchait-il notamment.

« J’ai probablement mal choisi mes mots »

Dans des propos rapportés par Basket Infos, Steve Kerr est revenu sur cette grosse sortie contre ses joueurs. L’entraineur de Golden State a alors expliqué : « Mon message numéro 1 c’est que nous devons défendre. Nous devons redevenir une des 5 meilleures équipes défensives. J’ai probablement mal choisi mes mots à Indianapolis. Quand j’ai dit qu’ils s’en foutaient, cela ne voulait pas dire qu’ils n’en avaient rien à faire. Ce que je voulais dire c’est qu’ils n’ont pas fait d’écran de retard. Ils n’ont pas été présents sur les lignes de passe. Ils ne se sont pas donnés à fond. Mais quand vous dites que quelqu’un s’en fiche, ça peut être interprété comme une remise en question de son caractère. Je pense que tout le monde sait quel est mon sentiment vis-à-vis de nos joueurs. C’est un groupe incroyable et c’est un groupe champion. Donc j’ai probablement mal choisi mes mots. Mais ce que j’essaye de leur rappeler afin de gagner en playoffs, c’est qu’il vaut mieux défendre à un haut niveau, et durant la majeure partie de l’année, je pense que nous l’avons fait, mais lors des 8, 9 derniers matchs, ça n’a pas été le cas. Ce n’est pas aussi simple à corriger, ce n’est pas comme si vous pouviez appuyer sur un interrupteur. C’est pour ça que j’ai craqué. Mais vous me connaissez, en règle générale je casse deux ardoises par an et je cris une fois sur l’équipe, donc j’avais déjà épuisé mon quota ».

Articles liés