Accès direct au contenu

Basket

Basket : «L’envie d’avoir envie» du Paris Basketball et de Bpifrance

Ce vendredi, le Paris Basketball a tenu une conférence de presse pour officialiser son partenariat avec Bpifrance. L’occasion pour David Kahn, le président du club, Romuald Coustre, son directeur général, et Patrice Bégay, Directeur exécutif Communication et Bpifrance Excellence, de dévoiler leurs objectifs communs.

Bpifrance vient d’officialiser un nouveau contrat de partenariat. La banque publique d’investissement s’est associée au Paris Basketball, club de ProB créé en 2018. Lors d’une conférence de presse réalisée dans le salon VIP de la Halle Georges Carpentier ce vendredi, Patrice Bégay, Directeur exécutif Communication et Bpifrance Excellence, a présenté les contours de cette nouvelle collaboration.

«Vous allez jouer l’Europe»

Accompagné de David Kahn, président du Paris Basketball, et du directeur général du club, Romual Coustre, Patrice Bégay a expliqué pourquoi Bpifrance avait misé sur ce nouveau club. « Ce qui tient beaucoup à la réussite d’un club, c’est un très bon patron, un très bon président, quelqu’un qui a la niaque et qui a envie. Ce que j’ai aimé c’est ton côté visionnaire (il désigne David Kahn), ce grain de folie que tu as (il pointe Romuald Coustre), cette ambition, cette audace. Ce n’est pas facile quand on arrive, on reprend un club, on est en pro B, en bas de la ProB. Moi, ce n’est pas ce que je regarde. Ce que je regarde, c’est que vous allez être en haut de la ProA, que vous allez jouer l’Europe », a-t-il déclaré avant d’ajouter : « Depuis le début de l’été, vous nous avez montré un projet, une équipe. Pas forcément celle du parquet ou des joueurs, mais une ambition. Ce que j’ai ressenti profondément, on est au lendemain de la mort de Johnny Hallyday, c’est l’envie d’avoir envie. Ce projet ambitieux est réaliste. David (Kahn), tu as parlé dans la presse d’un immense projet, tu as raison, mais ce que je veux te dire, c’est que nous sommes à tes côtés ».

«Nous devons être considéré comme des prétendants pour l’EuroLigue»

Pour sa première saison, le Paris Basketball éprouve des difficultés à emmagasiner des points. Avec seulement une victoire au compteur en huit journées, le club parisien cale actuellement à la dernière place de la ProB (le deuxième échelon national). Malgré tout, l’Américain David Kahn reste confiant et ne manque pas d’ambitions pour l’avenir. « Nous voulons nous battre pour les play-offs. Je ne dis pas que nous feront les play-offs, mais nous devons commencer à mieux jouer. Notre début de saison est un peu compliqué, mais je pense que nous avons une bonne équipe et un bon coach. Nous espérons être en ProB la saison prochaine. Nous n’avons pas le temps de bâtir une équipe capable de remporter la pro B dès cette saison. Mais pour les quatre prochaines saisons, c’est différent. D’ici les quatre prochaines saisons, nous devons monter en pro A et être considéré comme des prétendants pour disputer l’EuroLigue. Il nous reste du temps avant d’en arriver là, mais c’est notre objectif », a expliqué l’ancien président des Minnesota Timberwolves.

«S’il n’y a pas l’Arena Olympique, il n’y a pas de projet Paris Basketball»

Le Paris Basketball se fixe de grands objectifs et ne rêve que d’une chose : entrer dans la cour des grands. Mais pour faire partie du gratin du basket français et européen, il faut une enceinte digne de ce nom. Les dirigeants du Paris Basketball en sont parfaitement conscients et attendent avec impatience de pouvoir fouler le parquet de l’Arena Olympique. Un but on ne peut plus déterminant pour les Noirs et Blancs. « Je pense que s’il n’y a pas l’Arena Olympique de la Porte de la Chapelle d’ici à 2022, 2023 ou 2024, il n’y a pas de projet Paris Basketball, a confié Romuald Coustre. Ce qui motive David Kahn aujourd’hui, c’est de se dire que Paris n’existe pas sur la scène européenne du basket, en tous les cas pas au niveau Euroligue, et il n’y a pas l’équipement pour ça. L’élément déclencheur, c’est de se dire que le projet peut exister, et surtout qu’il y a une salle pour le construire. Une salle comme il en a connu en NBA, ça n’a pas de prix, et c’est surtout un élément décisif pour le succès de ce club ».