Accès direct au contenu

Tennis

Tennis - Wimbledon : Benoit Paire réagit après sa défaite contre Andy Murray !

Alors qu'il s'est incliné face à Andy Murray lors des huitièmes de finales de Wimbledon, Benoit Paire a reconnu avoir été gêné par une certaine tension due au fait d'affronter le numéro un mondial.

Benoit Paire est éliminé de Wimbledon. Battu en 3 sets (7-6, 6-4, 6-4), le Français n'a pas fait long feu face à Andy Murray malgré une belle résistance dans la première manche. Même s'il a affiché un niveau plutôt convaincant depuis le début du tournoi, le 46e du classement ATP ne dépassera le stade des huitièmes de finale. Dans des propos rapportés par L'Equipe, Benoit Paire a fait part de sa déception.

«J'aurai pu mieux faire»

« Je me sens nerveux en début de match. D'ailleurs, je commence le premier set un peu comme contre Janowicz, en devant sauver une balle de break. Je sens que mon service ne passe pas très bien, je manque de repères sur ce court, je ne sens pas trop bien mes frappes du fond. Forcément, à cause du contexte, il y a de la tension. Mais je me suis battu tout du long. En fait, j'ai eu beaucoup d'occasions dans ce match. J'ai deux fois le break au premier, puis une balle de 5-3. J'ai quatre balles de débreak à 4-5 au deuxième set. J'ai encore une balle de 5-3 au troisième. Mes coups étaient un peu retenus, ça ne partait pas très bien en coup droit. Mais ce n'est pas pour rien que Murray est numéro 1 mondial. Il a bien mieux géré les moments importants. J'aurai pu mieux faire. J'aurais pu gagner un set, c'est une certitude. Je perds trois sets à zéro mais je sens que j'aurais eu des opportunités si j'avais mieux senti la balle. Bien sûr, j'ai des regrets. Mais, d'un autre côté, j'ai tout donné. Même à deux sets zéro, je n'ai pas lâché, je me suis accroché jusqu'au bout. C'est facile à faire contre Janowicz, quand on mène au score et qu'on sent bien la balle. Contre Murray, quand on ne sent pas ses coups, c'est plus dur. Donc, de ce côté-là, je suis content de mon attitude. Les progrès sont là », a confié Benoit Paire.

Articles liés