Accès direct au contenu

Une classe d’écart

Ozil met une claque a Hazard

Attendu de pied ferme pour le match décisif de la Belgique en Allemagne, Eden Hazard a montré ses limites. Amoindrie, la star du Losc a au moins compris ce qui la séparait du très haut niveau.

La Belgique pensait avoir trouvé son héros. En marquant son premier but sous les couleurs des Diables Rouges le week-end dernier face au Kazakhstan, Eden Hazard avait laissé croire qu’il pourrait être le meneur de son équipe en Allemagne, où la Belgique devait ramener une victoire pour assurer sa place parmi les barragistes à l’Euro 2012. Les Belges ont vite déchanté, les Allemands étant bien trop solides pour eux. En une période, les hommes de Joachim Löw ont plié la rencontre grâce à leur froid réalisme. Sur leur deuxième réelle occasion, Mesut Özil a envoyé un boulet de canon sous la barre avant que Schurrle ne double la mise sur un contre éclair. Enfin, le goleador Gomez, sur une offrande de ce diable Özil, fermera la boutique (3-1). Et Hazard dans tout ça ? Si l'on excepte un corner décisif pour la réduction du score de Fellaini, il aura été discret. Très discret.

Hazard très, très discret
Evidemment, la star du Losc pourra arguer qu’elle revenait d’une blessure à la cheville et n’était qu’à « 65% de ses capacités ». Mais sa prestation, quand on la compare à celle d’Özil, semble bien terne. Posté sur le flanc gauche d’un 4-2-3-1, où il a permuté avec Dembele, Hazard n’a jamais su donner le ton ni déborder son vis-à-vis Howedes, pourtant défenseur central de formation ! La connexion du Belge avec son latéral Vertonghen n’a jamais fonctionné, le placement stratégique de Müller dans leur zone y étant pour beaucoup. Pour ne rien arranger, Hazard aura même été malheureux jusqu'au bout puisque c’est lui qui a lancé la contre-attaque éclair sur le deuxième but allemand en tapant mal un corner. Pendant ce temps, Özil a parfaitement endossé son costume de chef d’orchestre, avec, on l’a dit, un but d’anthologie à la clé puis une passe décisive sur le troisième pion. Du travail de professionnel. Si Hazard veut rejoindre le Real Madrid dans les prochains mois et faire concurrence à l’Allemand, il a encore beaucoup de chemin à parcourir. Ce genre de confrontation lui permet d’apprendre.