Accès direct au contenu

Foot - Mercato - ASSE

Mercato - ASSE : Julien Stéphan fait une révélation dans le feuilleton M'Baye Niang !

Présent en conférence de presse, Julien Stéphan s'est prononcé sur le départ avorté de M'Baye Niang à l'ASSE et assure qu'il n'est pas responsable de l'issue de ce feuilleton.

C'était le feuilleton brûlant de ces dernières semaines. En effet, depuis le début du mercato, M'Baye Niang n'a jamais caché son souhait de quitter le Stade Rennais, notamment pour rejoindre l'OM, où André Villas-Boas souhaitait l'attirer en faire son attaquant. Mais le club phocéen n'a jamais réussi à répondre aux exigences des Bretons, comme aucun autre club. Ainsi, mardi 6 octobre, au lendemain de la fermeture du mercato, M'Baye Niang était donc toujours un joueur du Stade Rennais. Toutefois, l'ASSE est passée proche d'obtenir le prêt de l'international sénégalais en qualité de joker. Un dossier qui a finalement capoté au dernier moment pour des raisons qui ne sont pas claires. Les Verts ont accusé les agents qui se sont greffés au deal, tandis que certaines informations révélaient que Julien Stéphan avait appelé son joueur pour le faire changer d'avis. Mais l'entraîneur de Rennes a livré ses vérités.

«Je ne l’ai pas appelé, c’est lui qui m’a appelé»

« Ce n’est pas un retour, puisqu’il n’est jamais parti. Il a toujours été là, a fonctionné avec le groupe. Je n’ai pas besoin d’activer de quelconque levier. Le besoin urgent, c’est de le remettre en bonne condition physique. Après il pourra reprendre les entraînements collectifs. Dès lors, il pourra de nouveau entrer dans la concurrence (...) En tous les cas ça ne s’est pas fait. Ça n’a pas abouti pour les raisons qui appartiennent à Saint-Etienne et sans doute aussi à Mbaye, je ne peux pas rentrer dans les détails, même si j’ai lu quelques contre-vérités, comme quoi je l’aurais appelé vendredi matin. Je ne l’ai pas appelé, c’est lui qui m’a appelé. C’est important de bien faire la distinction pour que tout le monde ait tous les éléments pour juger après ce qui s’est passé », lance-t-il en conférence de presse.

Articles liés