Accès direct au contenu

Foot - PSG

PSG : Quand Nicolas Sarkozy s’enflamme totalement pour Javier Pastore !

Alors que le talent de Javier Pastore est indéniable, l’Argentin a eu peu de chances de le montrer à cause des blessures. Néanmoins, El Flaco peut compter sur un admirateur de choix en la personne de Nicolas Sarkozy.

En 2011, le PSG déboursé 42M€ pour faire venir Javier Pastore en provenance de Palerme. Toutefois, aujourd’hui, le bilan est mitigé pour l’Argentin. Capable d’incroyables fulgurances, El Flaco est miné par les blessures, se retrouvant éloigner des terrains durant de longues semaines. Une situation qui ferait même réfléchir les dirigeants parisiens à un certain départ. Toutefois, pour Nicolas Sarkozy, grand fan du PSG et proche de Nasser Al-Khelaïfi, Pastore ne peut apporter que du plus…

« Comment ne pas aimer Pastore ' »

Pour France Football, Nicolas Sarkozy s’est totalement enflammé pour Javier Pastore, lançant : « C'est un artiste. Si on veut que Pastore ait le physique de Matuidi, on se trompe, ce n'est pas possible. La question n'est pas pourquoi j'aime Pastore, la question est : comment ne pas aimer Pastore ? Il n'y a pas un joueur comme lui dans le monde. Il n'a aucun système de jeu, il est imprévisible et dès qu'il touche le ballon, il se passe quelque chose. ll a d'abord une qualité extraordinaire, c'est l'intelligence de jeu. Il voit avant les autres. Tout le monde parle de son pied, moi je parle de son œil, ou de son cerveau. Après il a une deuxième qualité, c'est que ce qu'il voit, il est capable de le faire. Ce n'est pas un joueur qui fait du un contre un spontanément. C'est un joueur qui perfore les lignes par des obliques qui n'appartiennent qu'à lui. Il n'est pas un dribbleur comme Mbappé, il n'est pas un buteur comme Cavani, il n'est même pas un centreur comme Di Maria, il est Pastore. Un dynamiteur de lignes, par des obliques. Pour moi, c'est l'homme des obliques. Je pense qu'avec Ronaldinho, on a rarement eu un artiste, un virtuose pareil. Pastore, c'est l'assaisonnement. C'est l'ingrédient que l'on rajoute au dernier moment et qui fait toute la différence. Pastore, ce n'est pas le talent, c'est la définition du talent. Si Javier est capable de faire une saison sans blessure, il sera un renfort extraordinaire pour le PSG ».

Articles liés