Accès direct au contenu

L’aile ou la cuisse

OM : Rémy, un manque de rigueur coupable ?

OM : Rémy, un manque de rigueur coupable ?

Incapable de recruter tant qu’il n’aura pas vendu, l’OM doit compter ses forces vives. Malheureusement pour le club, Loïc Rémy souffre de la cuisse et risque de louper le début du championnat. Une situation dans laquelle la malchance ne semble pas être seule à blâmer…

Les causes de son absence
Lors de la 37e journée de Ligue 1 face à Auxerre, Loïc Rémy se blesse sur une passe anodine. Si les premières nouvelles sont rassurantes, les examens qui se poursuivent dans la semaine rendent leur verdict : la blessure à la cuisse de l’attaquant est sérieuse. Rien de bien dommageable pour l’OM à un match de la fin de la saison, mais une information dramatique pour le joueur qui doit déclarer forfait pour l’Euro. Assuré d’y participer avant l’événement, Rémy décide de s’enfermer dans son malheur pendant l’été. Une décision lourde de conséquence aujourd’hui.

Son attitude pendant l’Euro
Resté de force sur le quai qui embarquait les Bleus vers la Pologne et l’Ukraine, Rémy rumine. Pendant que d’autres déçus de la sélection de Laurent Blanc, dont Morgan Amalfitano, suivent des programmes de remise en forme, Rémy coupe son téléphone, selon La Provence, et rejette les contacts avec son club. Ainsi, si l’épaule d’André Ayew et la cuisse d’Amalfitano vont bien, Rémy est contraint de rester en retrait lors des matchs amicaux de pré-saison. Une situation qui agace de plus en plus le club qui s’impatiente jusqu’à son retour.

Une date de retour approximative
Le staff marseillais est soucieux de ne prendre aucun risque avec son attaquant vedette. Ainsi, son retour n’est pas prévu pour le 3e tour préliminaire de l’Europa Ligue contre les turcs d’Eskisehirspor. Si son absence n’est pas dommageable contre un adversaire à priori à leur portée, les Marseillais sont plus inquiets concernant le début du championnat le 12 août face à Reims voire le 19 contre Sochaux. A force de traîner la pate, Rémy risque de rester sur le banc plus longtemps qu’il ne l’imaginait.