Accès direct au contenu

Coup de gueule

OM : pourquoi Margarita a voulu parler

Margarita Louis-Dreyfus a fait jaser du côté de l'OM avec son gros coup de gueule. Sauf que ce qui semblait être une sortie surprise était en fait attendue du côté de la Commanderie.

L'interview de MLD était sollicitée depuis de nombreuses semaines par le quotidien Le Monde. Margarita et Vincent Labrune avaient donné leur accord, se sont ensuite ravisés et ont finalement dit oui. En résumé, Margarita ne parle pas sans l’accord de Labrune et on s’amuse de la réaction présidentielle sur le site du club dans la journée même de la parution de l’interview alors que Labrune était nécessairement au courant de ses propos… Seulement voilà, il fallait pousser un coup de gueule et divers conseils de MLD ont saisi l'opportunité qui permettait de replacer tout le monde devant ses responsabilités : de l'entraineur aux joueurs.

Des primes de match ahurissantes

Chacun s'accorde à penser que la hauteur des salaires pratiqués à l'OM rebutent nombre de clubs au moment du mercato. Plus que son âge, et les 10 millions d’euros demandés par l'OM, ce sont peut-être les 4,3 millions de salaire annuel qui pourraient bien avoir empêché Lucho de quitter Marseille à l'intersaison. Enfin, il y a belle lurette que l'OM n'a pas fait une affaire en matière de transfert. Depuis des années, le club achète ainsi au prix fort et revend à perte. Depuis Nasri, seul Niang a rapporté une petite plus value, estimée à 1 million d'euros… Du coup, l'argument du sacrifice financier vaut aussi pour les joueurs, dont le redoutable sens de la négociation avait fait grincer quelques dents. En substance, le message est clair : finies les « extravagances » comme la double prime, la saison dernière, pour une victoire à Nancy (1-2), ou les primes de match nul à l'extérieur accordées par le président Jean-Claude Dassier. Finies les primes exorbitantes délivrées pour une sortie de poules en Ligue des Champions.  Deschamps doit communiquer
Enfin, le second message délivré par MLD s'adresse à l'ensemble du secteur sportif. Quoiqu'en dise le discours officiel, il apparaît maintenant de façon nette qu'un lien est coupé dans la communication de Didier Deschamps. Comment comprendre, sinon, que les mêmes joueurs soient à ce point méconnaissables d'une saison sur l'autre. En pareil cas, et quelque soit le véritable fautif, c'est l'entraineur qui saute. Mais pour le coup, l'indemnité de licenciement (7 ou 8 millions d’euros) serait un morceau difficile à avaler pour la direction du club et son actionnaire majoritaire.

Retrouvez l'intégralité du dossier sur Margarita dans Le 10 Sport, actuellement dans vos kiosques

Abonnez-vous en ligne au 10 Sport sur LeKiosque