Accès direct au contenu

Nouvelle vague

Le LOSC version 2.0

Le LOSC pourrait bientôt entrer dans une nouvelle dimension. Comme révélé par le 10 Sport, des investisseurs des Emirats envisagent le rachat du club. Et ceci, malgré les démentis du club.

Jeudi dernier sur le10sport.com, nous révélions en exclusivité un intérêt d’investisseurs émiratis pour le LOSC, des discussions engagées et une possibilité de vente dans les mois à venir. Compte tenu de la sensibilité d’une telle information et des conséquences qu’elles pourraient avoir, nous nous attendions pertinemment à un démenti. Nous n’avons pas été déçus. Il est venu au bout de quelques heures par l’intermédiaire de Frédéric Paquet, directeur général du LOSC. Pas un communiqué officiel mais quelques paroles sur une chaîne locale, englobée du sourire crispé de celui qui ne ment pas assez bien pour vous convaincre pleinement. Le dernier démenti de Frédéric Paquet datait du mois de janvier : « il n’y a aucune discussion avec Fenerbahçe pour Moussa Sow et aucun joueur cadre ne partira cet hiver ». Au même moment, les dirigeants turcs étaient dans les locaux du LOSC pour finaliser la transaction et l’attaquant sénégalais s’engageait pour Fenerbahçe quelques jours plus tard. Dans sa bouche, le démenti aurait donc plutôt valeur de confirmation.

Plus vendeur que l’OL
Le démenti est de bonne guerre et c’est une pratique tellement courante qu’il n’est pas question ici d’en vouloir à Frédéric Paquet, envoyé en première ligne par ses employeurs. Partant du principe qu’une rumeur ne se dément pas, nous remercions donc le LOSC d’avoir confirmé notre information. Car, à la lumière de nos informations, nous persistons. Des investisseurs des Émirats Arabes Unis préparent activement leur arrivée dans le championnat de France. Ils ont étudié plusieurs dossiers, comme celui de l’Olympique Lyonnais, mais, en l’état, celui du LOSC tient la corde.

Seydoux veut vendre
Pour autant, pas une seule fois nous n’avons affirmé, et nous ne le ferons pas plus aujourd’hui, que le LOSC serait sous contrôle émiratis l’été prochain. Nous avons évoqué dans cet article un "intérêt" des Émirats et des "discussions avancées", en aucun cas une finalisation acquise. Dans un dossier d’une telle ampleur, nombreux sont les obstacles qui peuvent se dresser sur la route d’une signature définitive. Pour autant, malgré les démentis d’usage, Michel Seydoux espère bien vendre ses parts et discute avec les Émirats en ce sens. Ça, nous l’affirmons.

Retrouvez l’intégralité de cet article dans Le 10 Sport Hebdo, dans vos kiosques depuis jeudi

Retrouvez Le 10 Sport dans vos kiosques ou en ligne sur www.lekiosque.fr