Accès direct au contenu

Neuf ans !

Ferguson est plus chanceux que Mourinho

le10sport

En s'imposant au match aller à Chelsea, les joueurs de Manchester United ont pris une sérieuse option sur la qualification. Ils ont également mis fin à neuf ans de disette à Stamford Bridge. A l'inverse de José Mourinho.

Neuf ans que les Red Devils n'avaient pas gagné à Stamford Bridge. L'enceinte de Chelsea refusait jusqu'alors de céder aux assauts répétés des hommes de Sir Alex Ferguson. Mais ce soir l'enjeu était trop important pour que Wayne Rooney et les siens ne la mettent pas au fond.

L'année des 9
Mettre fin à une série de neuf ans, ce n'est pas tous les jours, pourtant en l'espace de 4 jours, deux malédictions ont été levées. Tout d'abord ce week-end, avec la première défaite en neuf ans à domicile de José Mourinho contre le Sporting Gijon (0-1) à Santiago Bernabéu, première défaite du Real Madrid qui scelle sa deuxième place dans la course au titre. Et ce mercredi soir avec la fin de série pour Manchester United qui n'avait pas gagné à Stamford Bridge depuis neuf ans aussi. Autant de records qui tombent si vite, 2011 s'annonce comme un grand cru football.

Mourinho a encore à apprendre
Evoqué comme possible successeur de Sir Alex Ferguson à Manchester United, y compris par le coach des Reds Devils lui-même, José Mourinho a encore beaucoup à apprendre de son illustre aîné. Si le technicien portugais réussit partout où il passe, l'entraîneur écossais, lui préfère poser sa patte sur une équipe et la mener vers les sommets, en empochant le plus de trophées possibles.
Légende de Manchester United, Sir Alex semble comprendre Mourinho lorsqu'il dit : «Nous avons souvent parlé ensemble de son avenir et je comprends son désir de revenir en Angleterre.» Un retour en Angleterre qui pourrait ainsi se faire chez les Red Devils, le coach portugais ayant lui aussi les caractéristiques mancuniennes : un caractère impossible, un gros égo et une insatiable envie de gagner. Mais ça ne sera pas pour tout de suite : «C’est difficile pour moi de dire quand mon poste sera disponible. Ce sera ma santé qui décidera. Je continuerai jusqu’à ce que je ne sente plus l’énergie qui m’a accompagné jusqu’ici.»