Accès direct au contenu

L’ETAU SE RESSERRE

Monsieur ulrich de qui vous moquez vous

le10sport

On en sait un peu plus sur le passé trouble du vainqueur du Tour de France 98. Quand la police criminelle allemande s'y colle, ça va tellement plus vite.

Le chiffre 24 est actuellement adulé par les fans de la série starisée par l'inénarrable Jack Bauer. Jan Ulrich apprécie également ce numéro, mais pas forcément pour les mêmes raisons. Le coureur cycliste, sublime lors du Tour de France 98 qu'il remporta avec une aisance considérable, a bien pris sa retraite le 26 février 2007. Faute d'avoir trouvé une équipe digne de ce nom. Mais surtout faute d'avoir réussi à détacher son nom des affaires de dopage qui l'ont éclaboussé. Ce ne sont pas les derniers rapports de la police criminelle allemande qui arrangeront sa réputation écornée de toutes parts.

Une moyenne de 8 fois par an !
Le magazine Der Spiegel a ainsi eu accès à un dossier mettant en lumière sa relation intime avec le célèbre docteur Eufemiano Fuentes, au coeur d'un réseau de dopage dans le sport professionnel. Le rapport d'enquête de 2219 pages établit que le coureur allemand avait consulté à 24 reprises son «médecin traitant» entre 2003 et 2006, soit une moyenne de huit fois par an ! Ce même rapport qui conclut que «Ullrich a utilisé le système de dopage du Dr Fuentes afin d'améliorer ses performances». Affirmation évidemment démentie Ulrich à l'été 2002 (déjà), lors d'un contrôle positif aux amphétamines. «Pour moi, il ne s'agit pas de dopage. Jamais dans ma carrière, je n'ai essayé d'améliorer mes performances par des substances prohibées».