Accès direct au contenu

Rugby

Rugby : Le constat d'Urios après la défaite de Castres face au Munster

Après la lourde défaite à Thomond Park ce dimanche (30-5), Christophe Urios est revenu sur la prestation de ses hommes, et garde tout de même confiance pour la réception du Munster ce week-end.

Dominé dans tous les domaines, Castres n’a pas su relever la tête face au Munster (30-5) dimanche. En effet, les hommes de Christophe Urios n’ont jamais mis en danger les Irlandais et tenteront désormais de prendre leur revanche ce samedi, à domicile cette fois, pour la quatrième journée de la Poule 2. Et malgré la prestation fébrile de son équipe le week-end dernier, l’entraîneur du Castres Olympique garde confiance pour la prochaine rencontre.

« Un match nul, pas beau, vide. On n’a pas été à la hauteur »

« C'est sûrement le plus mauvais match du week-end, Pro D2 comprise. Un match nul, pas beau, vide. On n'a pas été à la hauteur, mais le Munster pareil. Je pense qu'on était encore sous le choc de la défaite à domicile contre Agen le week-end d'avant (13-16) en Top 14. On avait la tête si lourde qu'on a joué avec un sac à dos, quoi ! Pour retrouver de la fraîcheur et de la confiance, ce n'est pas facile. C'est dommage parce que je pense qu'il y avait une bonne opportunité. On a perdu un peu le fil depuis la reprise après la coupure internationale, même si on avait réussi juste derrière à contrôler le match à Perpignan (victoire 12-16). À Thomond Park, on était dans un rugby négatif, où on attend que ça se passe, où on joue au pied un peu n'importe comment, où on ne monte pas bien. J'espère qu'on va retrouver le fil. (…) Il faut qu'on passe cette mauvaise période, j'espère qu'elle sera la plus courte possible. Le match de ce week-end sera important. Je sais que ça va revenir. On est encore en vie dans cette Coupe d'Europe. Et je sens que les mecs ont envie de faire un bon match, parce que ça fait trois semaines qu'ils sont frustrés, déçus, un brin en colère. Ils savent qu'il faudra augmenter le niveau d'au moins 20 %. » explique Christophe Urios, dans des propos relayés par L’Équipe.

Articles liés