Accès direct au contenu

Hiddink attend

Irise a-t-il condamné Ferrara

En offrant la victoire à la Roma à Turin dans les arrêts de jeu (1-2), John Arne Riise enfonce la Juventus. L'ombre de Guus Hiddink plane de plus en plus au-dessus de Ciro Ferrara qui pourrait être évincé dans les heures à venir.

Les dénégations se multiplient du côté de l’Etat-major turinois. La Juve garde entière confiance en Ciro Ferrara. Ça, c’est pour la version officielle. La presse italienne assure, elle, que le club turinois a proposé un contrat de 3 millions d’euros annuels à Guus Hiddink qui a déjà trouvé un accord avec la Fédération russe pour se libérer de ses obligations. Il ne manquerait donc qu’un énième résultat contraire pour sceller le sort de Ferrara.

Le scénario était en place avec la réception de l’AS Roma de Claudio Ranieri, évincé en mai 2009 de la Juve au profit de Ferrara. Comme un symbole, Alessandro Del Piero avait pourtant libéré son entraîneur en ouvrant la marque d’une belle volée du gauche. Mais la faute de Grosso sur Taddei dans la surface a permis à Totti d’inscrire le premier but de sa carrière à Turin. Puis John Arne Riise, après avoir provoqué l’expulsion de Buffon, a crucifié les Turinois dans les arrêts de jeu.

Avec 33 points, la Juve pointe au 5e rang. La 3e place, occupée par la Roma, est à 5 longueurs. Plus que le classement, c’est la tristesse du jeu proposé par les Turinois qui devraient condamner Ferrara. Après avoir voulu miser sur la stabilité, Jean-Claude Blanc va sans doute changer d’option pour sauver ce qui peut l’être encore (la Ligue des Champions) cette saison.