Accès direct au contenu

Sauvé avant le gong

OM : Ayew, un coup de boule qui excuse tout

Ayew Zanetti

André Ayew était très attendu, en l’absence de Loïc Rémy, pour occuper le flanc gauche de l’attaque marseillaise. Et il a déçu... jusqu'au dernier quart d'heure.

Didier Deschamps l’a reconnu au micro de TF1, le jeu de l’OM « penche trop sur le côté droit. » Et si la tendance de Mathieu Valbuena à dézoner sur le côté droit, aidant ainsi Amalfitano et Azpilicueta, l’a expliqué en partie, l’autre explication est aussi venue du rendement très insuffisant d’un homme dont on attendait beaucoup : André Ayew. Excellent lors de la première partie de saison, Ayew était chargé, après son retour de la CAN, de remplacer Loïc Rémy sur le côté gauche face à l’Inter. Un échec... jusqu'à la 75e minute.

Deux coups de tête pour relever le niveau
Jamais capable de se mettre dans le sens de la marche, Ayew n’a connu quasiment aucune réussite dans ses (rares) prises d’initiative. Que ce soit dans ses tentatives de provocations ou dans ses centres, Ayew a presque tout raté. Pas aidé, il est vrai, par un Jérémy Morel dont les capacités à évoluer à ce niveau de la compétition laisse songeur, Ayew était prêt à postuler pour le titre de plus grosse déception de la soirée. Mais ça, comme le dit une certaine publicité, c'était avant. Avant qu'André Ayew n'expédie deux coups de tête en forme d'avertissement. Avant que sa frappe du gauche n'oblige Julio Cesar à concéder un dernier corner. Avant qu'André Ayew, enfin, ne catapulte, d'un dernier coup de boule, le ballon au fond. Et forcément, ça excuse tout. Chapeau André.

A lire aussi : Mi-temps OM-Inter : Brandao tombe sur un os