Accès direct au contenu

Monsieur plus

OL : Lacazette sur la trace de Benzema

Alexandre Lacazette

Dominateur une bonne partie du match, la victoire de l’OL contre l’Apoel Nicosie (1-0) ne fait pas l’ombre d’un doute. Mais elle a mis du temps à se dessiner. Jusqu’à ce qu’Alexandre Lacazette dégaine.

Impuissant face au bloc quasi-parfait de l’Apoel Nicosie, l’OL a longtemps cru qu’il n’y arriverait pas. Cinquante-huit minutes durant, Ederson et les siens ont assailli le but de Dionisis Chiotis, mais sans réelle réussite. Quinze tirs, dont seulement quatre cadrés, contre zéro en face. Il y avait de quoi s’inquiéter… Un contre et puis c’était foutu. La seizième frappe, enclenchée par l’homme en forme du moment, Alexandre Lacazette, aura finalement été la bonne. Servi sur le côté gauche de la surface par Cris, monté jusqu’aux avant-postes, le jeune ailier lyonnais s’est parfaitement ouvert le chemin du but d’un crochet extérieur. Derrière, sa frappe puissante du droit, légèrement déviée par Paulo Jorge, a fait mouche, lobant quelque peu Chiotis (58e). Remplacé dans la foulée par Jimmy Briand, il était l'un des meilleurs lyonnais sur le terrain. Le plus audacieux en tout cas.

Lacazette, un début d'année parfait
« Je suis libéré, moins intimidé », disait-il la semaine dernière. C’est bel et bien le cas. Encore une fois décisif, c’est son cinquième but lors de ses cinq derniers matchs officiels avec l’OL. Et pas n'importe lesquels. Il avait déjà égalisé contre Bordeaux mercredi dernier en Coupe de France (3-1 ap.), ainsi que relancé Lyon vers les prolongations puis parachevé le succès à Lorient en demi-finale de la Coupe de la Ligue une semaine plus tôt (2-4 ap.). A 20 ans, Lacazette a mûri, grandi, pris de la bouteille. Son but n’est pas un hasard, il incarne l’avenir de l’OL. Une statistique parle d’elle-même : avec son but contre l’Apoel Nicosie, son deuxième en Ligue des champions, il est désormais le quatrième plus jeune joueur français à avoir marqué lors des matchs à élimination directe en C1 après Karim Benzema, David Trezeguet et Thierry Henry. Que de beaux noms. On lui souhaite la même carrière. C’est en tout cas bien parti.

A lire aussi : Knicks : Lin, « L'INcroyable » arnaque ?