Accès direct au contenu

Remuant devant, instable derri

OL la defense fait peur

L'Olympique Lyonnais a atteint son objectif en s'imposant face au Rubin Kazan (3-1) en match aller du 3e tour. Mais en Ligue des champions, l'OL ne pourra pas exister avec une défense aussi fébrile.

La Ligue des champions est en vue pour l’OL après son succès sur le Rubin Kazan (3-1). Mais avec son passé européen, Lyon ne peut se contenter de participer et visera donc à minima les 8es de finale en cas de qualification. Intention louable mais peut-être illusoire avec une défense aussi peu sereine. Un attaquant méconnu a ainsi réussi à lui seul à agiter l’arrière-garde rhodanienne. Jamais, Lovren et Koné ne sont parvenus à maîtriser le remuant Dyadyun. La meilleure nouvelle de l’OL fut peut-être la sortie de l’attaquant du Rubin dès la 36e minute. Car le Russe s’est amusé dans l’axe.

Lovren battu sur les coups de pied arrêtés
La première période a montré les largesses lyonnaises. Dyadyun a marqué sur corner en se débarrassant du marquage de Lovren (3e). Ce même Dyadyun s’est ensuite joué de Koné (11e) puis la défense s’en est sortie avec réussite lors d’un cafouillage dans la surface (22e). Dans l’axe, Lovren et Koné ont eu du mal à s’entendre sur l’alignement et la répartition des responsabilités. Les deux joueurs ont aussi souffert dans la vivacité comme le Croate face à Medvedev (49e). Les latéraux n’ont pas été plus saignants avec un Aly Cissokho à la rue sur son marquage et à l’apport offensif quelconque.

Garde sanctionne Cissokho
Rémi Garde a donc pris ses responsabilités. Le jeune entraîneur de l’OL a sorti Cissokho dès la 52e minute pour faire reculer Bastos en arrière gauche. Autre problème défensif de taille pour l’OL : les corners. Déjà battus par Dyadyun en début de rencontre, les Lyonnais ont souvent été battus dans l’attaque du ballon comme lorsque Bocchetti est passé devant Gonalons avant de manquer sa reprise aux six mètres (67e). La défense tangue. Elément inquiétant qui appelle à la prudence avant le match retour à Kazan.