Accès direct au contenu

Foot - Mercato - OM

Mercato - OM : Joey Barton avoue qu’il était proche de rester à l’OM…

Si Joey Barton n’est resté qu’une saison à l’OM, l’Anglais a été marqué par le club phocéen. Le milieu de terrain aurait d’ailleurs pu s’installer plus longuement sur la Canebière.

Alors que Joey Barton est l’un des enfants terribles du football anglais, le milieu de terrain a également connu une pige en Ligue 1 sous le maillot de l’OM. Pendant une saison, l’Anglais aura défendu les couleurs phocéennes, se faisant très apprécié par les supporters. Une expérience qui a marqué Barton. Si ce dernier est finalement retourné à QPR après la saison, Vincent Labrune souhaitait absolument le conserver.

« On s’était mis d’accord »

Dans son autobiographie, rapportée par Le Phocéen, Joey Barton dévoile les coulisses de ses discussions avec Vincent Labrune. L’ancien de l’OM explique ainsi : « Marseille voulait que je reste. J'ai mangé avec Vincent Labrune on s'était mis d'accord sur un salaire de 140 000 euros mensuels, sous réserve que j'arrive à un compromis avec QPR, avec qui j'étais encore sous contrat pour deux ans à raison de 76 000 livres la semaine, soit plus du double. On ne mérite jamais un tel salaire mais je n'allais pas me libérer du contrat sans rien demander comme Tony Fernandes, le patron du club anglais, le proposait. On était dans une impasse. Vincent a essayé d'augmenter son offre en proposant des primes liées aux résultats européens et, encore plus important, en me promettant de me mettre le pied à l'étrier pour une reconversion en tant qu'entraîneur, d'abord au centre de formation. Dans certains clubs, ce genre de promesses ne veut rien dire. Je le respectais et je lui faisais totalement confiance. En retour, il admettait que j'étais important pour lui en raison de ma popularité auprès des ultras. Mais Fernandes jouait l'usure et Labrune en a eu marre d'attendre. Je n'étais plus une priorité. Vincent est resté en contact avec moi, puis de moins en moins, puis plus du tout. Ma chance était passée. Ca fait mal, mais c'est le football ».

Articles liés