Accès direct au contenu

Foot - Mercato - OM

Mercato - OM : Et si Margarita Louis-Dreyfus intervenait suite au malaise Bielsa-Labrune ?

Vincent Labrune et Margarita Louis-Dreyfus

La polémique fait rage à l’Olympique de Marseille depuis les déclaration cinglantes de Marcelo Bielsa. Le torchon brûle entre le coach et Vincent Labrune, qui pourrait faire appel à Margarita Louis-Dreyfus pour calmer les choses.

Que doit faire Vincent Labrune après la sortie médiatique de Marcelo Bielsa ? Le coach de l’Olympique de Marseille a mit son président dans une situation délicate en dévoilant qu’il n’avait pas tenu ses promesses lors de ce mercato estival. Tous attendent désormais la sanction pour l’Argentin, qui a défié impunément sa direction devant la presse. Mais serait-ce une bonne idée d’irriter El Loco, qui pourrait plier bagages et laisser l’OM dans une situation plus que compliquée ?

MARGARITA LOUIS-DREYFUS POURRAIT VENIR AU SECOURS DE LABRUNE

Car si Vincent Labrune a fait venir Marcelo Bielsa, c’est parce qu’il pensait qu’il était l’homme de la situation. Le limoger serait donc un pas en arrière comme le laissent entendre nos confrères de RMC. Selon les informations de la radio sportive, au lieu de « froisser » l’Argentin, le président olympien réfléchirait à la meilleure solution pour étouffer l’affaire. Celle-ci pourrait venir d’une intervention de Margarita Louis-Dreyfus. La propriétaire du club pourrait ainsi venir proclamer un cessez le feu bénéfique pour Labrune, qui cherche à éviter tout conflit interne.

LABRUNE AFFRONTERA-T-IL LA PRESSE ?

L’autre solution pour Vincent Labrune, serait de prendre son courage à deux mains et d’affronter la presse en annonçant ses vérités à lui sur l’affaire, surtout que depuis un troisième larron est venu s’immiscer dans l’affaire en la personne de Bernard Tapie. « Bernard Tapie a le goût du sang dans la bouche. Il sent que le pouvoir à l’OM est fragilisé. Il est lui-même aux aguets à Marseille » a confié Christophe Bouhcet, président de l’OM de 2002 à 2004. « Il pousse Vincent Labrune à la faute. C’est un jeu politique marrant et cocasse à observer. Mais c’est vrai que pour Labrune, il faudrait au moins faire preuve de poigne et de pouvoir. Est-ce qu’un président salarié a cette poigne et ce pouvoir à ce moment de la saison ? Ce n’est pas sûr ».

Articles liés