Accès direct au contenu

  1. 19h00 Mercato - PSG : Une nouvelle offre est dégainée pour le transfert de Frenkie de Jong
  2. 18h45 Mercato - PSG : Une offre de 40M€ bientôt dégainée pour le transfert de Lewandowski ?
  3. 18h35 Wimbledon : Après Roland-Garros, Djokovic craque pour Nadal
  4. 18h30 Mercato - PSG : Cette fois-ci, tout est bouclé pour le transfert de Di Maria
  5. 18h15 Mercato - OM : À Marseille, tout le monde est sur le pont pour le transfert de Saliba
Foot - Mercato - Chelsea

Mercato - OL/Chelsea : Quand Scolari rêvait de Gourcuff à Chelsea…

Alors qu’il va officiellement lancer la Coupe du monde Brésil 2014 face à la Croatie ce jeudi soir, le sélectionneur du Brésil Luiz Felipe Scolari a révélé son intérêt passé envers Yoann Gourcuff du temps où il dirigeait Chelsea…

Interrogé dans les colonnes de L’Equipe ce jeudi, le sélectionneur du Brésil Luiz Felipe Scolari s’est prêté au jeu des confidences sur sa vision du football français. À la question : « Si vous aviez pu intégrer un joueur français à votre liste, qui auriez-vous choisi ? », l’ancien entraîneur deChelsea (juillet 2008 – février 2009) ne cache pas son attirance passée pour Yoann Gourcuff, qu’il a tenté de recruter avant que ce dernier ne rejoigne Bordeaux…

« JE VOULAIS LE FAIRE VENIR »

« Si j’avais pu intégrer un joueur français à ma liste ? Ribéry, s'il n'était pas blessé. C'est un grand joueur, un talent indiscutable. J'aime beaucoup Varane, le défenseur du Real Madrid, et Pogba, de la Juventus. J'apprécie aussi, même s'il n'est pas sur la liste, un joueur comme Gourcuff, dont je suis la carrière depuis longtemps. Quand j'entraînais Chelsea, je voulais le faire venir en Angleterre pour sa vision du jeu et sa qualité technique », explique le sélectionneur brésilien.

CONFIDENCES SUR SON AVENIR

Âgé de 65 ans, Luiz Felipe Scolari prendra t-il sa retraite en cas de victoire finale en Coupe du monde cet été ? Il répond : « Mon seul objectif est de gagner cette Coupe du monde. Pour le moment, je ne pense pas à ma retraite. D'abord parce que ma femme ne veut pas que je reste à la maison. Mon idée, c'est de continuer dans ce métier encore quatre ou cinq ans. Ensuite, nous verrons ».

Articles liés