Accès direct au contenu

VIEUX BRISCARD

Girard, Wenger, Giroud : le grand déballage de Nicollin

Louis Nicollin

Le président de Montpellier se réjouit du match nul de son équipe à Shalke 04 (2-2). Pour autant, comme à son habitude, il prend le soin de taper là où ça fait mal lorsqu’il évoque des sujets brûlants.

Louis Nicollin serait-il en train de retrouver le sourire. « Je retrouve un peu le goût de ma Paillade, mais je suis encore un peu boudeur », a-t-il déclaré sur les ondes d’RMC. Hier, ses joueurs l’ont rendu fier mais pour autant, il n’envisage pas des lendemains glorieux dans cette compétition. « Je ne rêve pas. J’aimerais finir troisième. » lance-t-il. L’Europa League est en effet plus du niveau des Montpelliérains qui ont montré hier, qu’ils n’étaient pas la quatrième roue du carrosse.

« C’est pas un curé, l’entraîneur adverse »

La seule ombre au tableau concerne le mauvais geste qu’a eu René Girard envers l’entraîneur adverse. Pour Nicollin, s’il est sanctionné « il fera la fin de saison dans la tribune, et alors. C’est pas un curé l’entraîneur adverse. Il a un lourd passé je crois lui aussi. Moi, je ne connais même pas son prénom. Regardez l’autre, il lui a arraché la tête et il a pris deux matchs ... », évoquant le doigt de José Mourinho dans l'oeil de Tito Vilanova.

Défenseur de Deschamps avant tout

Concernant l’équipe de France, le président de La Paillade a regretté, à sa façon, les reproches de Wenger à Deschamps sur le cas Diaby. « J’en ai rien a branlé...Qu’il s’occupe de ses fesses, de son club anglais. C’est un grand raconteur d’histoire. Qu’il nous laisse notre foot français » ajoutant « Deschamps va redonner le goût de l’équipe de France. ».

Rien à faire des difficlutés de Giroud

On sait qu'Olivier Giroud éprouve de grandes difficultés pour montrer sa force de frappe du côté d'Arsenal. Mais Nicollin en a cure. « On a mis nos 12 patates , tout va bien. J'espère pour Giroud qu'il ne fera pas comme Chamack. ». Qu'on se le dise, Loulou est de retour.