Accès direct au contenu

Garde le cap

Jérémy Toulalan contre vents et marées

A presque 30 ans, Jeremy Toulalan vit des instants difficiles. Embourbé dans le gouffre financier de Malaga, écarté depuis bien trop longtemps de la sélection, l’ancien Lyonnais ronge son frein. Mais ne lâche pas le manche.

Toulalan fidèle au poste
Malaga est souvent comparé au PSG espagnol, les impayés en plus. Propriété du cheik Al-Thani, cousin de l’argentier parisien, le club andalou a eu quelques problèmes pour s’acquitter des émoluments de ses joueurs. Résultat, Van Nistelroy, Rondon ou encore Cazorla ont quitté le navire et migré vers d’autres cieux. Jeremy Toulalan lui, n’a pas caché son agacement face à la situation au point de poser un ultimatum à ses dirigeants. Otage d’un Malaga en difficulté, le milieu de terrain a envisagé de déserter avant que certains clubs ne viennent lui faire la cour. Au fait des difficultés, Barcelone a essayé de l’enrôler. A Lyon, son nom est revenu aux oreilles des supporters comme un agréable écho des années couronnées de succès. Mais dans les deux cas, les négociations n’ont pas abouti et le joueur n’est sans doute pas étranger à ces échecs.
Car Jeremy Toulalan se plait dans la région et ne semble pas disposé à lâcher un cadre dont il profite entouré des siens. Alors finalement, la « Toule » devrait rester. En grand professionnel qu’il est, il a livré une très bonne prestation mardi soir face au Panathinaïkos lors du tour préliminaire de la Ligue des Champions (2-0), une compétition essentielle à la survie du club. Associé à Maresca à la récupération, Toulalan a encore livré une grosse bataille au cœur du jeu et a été l’un des éléments majeurs de l’équipe. Une bonne nouvelle pour Malaga, le joueur, mais aussi éventuellement pour l’Equipe de France.

Un retour en Bleu ?
En effet, la situation de Malaga pèse sur la carrière internationale de Toulalan. Trop peu exposé si ce n’est lors des déboires de son club, il n’est plus entré dans les plans des différents sélectionneurs depuis l’épisode Knysna. Marqué par une affaire qui lui a valu un match de suspension, il peut pourtant désormais prétendre à retrouver la tunique tricolore. Alou Diarra semble hors course, Mavuba n’a pas convaincu contre l’Uruguay, Diaby est toujours fragile tandis que Toulalan carbure. D’ailleurs Didier Deschamps n’a pas fermé la porte à son retour dans un entretien à l’Equipe : « C’est un joueur habitué au haut niveau. Évidemment, il est sélectionnable. Après, va-t-il rester à Malaga ou bouger ? Il a été blessé la saison dernière. D’autres arrivent, on les voit un peu plus, comme Rio Mavuba, mais aussi Maxime Gonalons ou Étienne Capoue, qu’on a vus mercredi. Rien n’est figé mais dans notre réflexion, avec la notion de groupe capitale pour moi, je ne me vois pas changer dix ou douze joueurs d’un match à l’autre. ». Si l’on comprend bien que tous les voyants ne sont pas au vert, le discours est loin d’être décourageant. Reste à Jeremy Toulalan de prouver qu’il est une solution crédible dans l’entrejeu français.