Accès direct au contenu

Polémique

Euro 2012 : Hollande menace lUkraine dun boycott

A deux semaines du début de l’Euro 2012, le 8 juin, le cas de l’opposante ukrainienne Ioulia Timochenko indigne la classe politique européenne. François Hollande en tête, qui a menacé, hier, l’Ukraine de boycotter la compétition. 

L’Euro 2012 n’en finit plus d’attiser les polémiques. Des stades pas prêts, des chambres hors de prix, une police corrompue, des attentats récents et on en passe : tout est loin d’être rose, surtout en Ukraine. Mais un sujet, plus qu’un autre, fait débat, et a même été évoqué lors du Conseil des Affaires étrangères de l’Union européenne le 14 mai à Bruxelles. Celui de l’opposante Ioulia Timochenko, qui a été condamnée en octobre dernier à sept ans d’emprisonnement pour avoir, selon la justice ukrainienne, abusé de ses pouvoirs lors de son second mandat à la tête du gouvernement, entre 2007 et 2010. Encore plus depuis quelques jours et les allégations de mauvais traitements infligés à l'ex-Premier ministre, qui a mis fin récemment à une grève de la fin.

Hollande prêt à rester en France
Entre l’Union européenne et l’Ukraine, un pays en disgrâce diplomatique et englué dans la crise économique et la corruption, les tensions sont vives. Lors du Conseil du 14 mai, les Vingt-Sept n’ont pas trouvé de position commune sur le boycottage de la compétition mais aucun dirigeant européen ne souhaite se rendre en Ukraine pour les matchs de son pays, ni pour la finale à Kiev le 1er juillet. Des menaces mises à exécution par François Hollande lui-même hier soir à l’issue d’un sommet informel de l’UE à Bruxelles. « J'aime beaucoup le football mais ce qui se passe en Ukraine est un problème », a déclaré le président de la République, qui s’est entretenu sur le sujet avec le Premier ministre polonais Donald Tusk, coorganisateur de l’Euro. Vivement le 8 juin, que le sportif prenne enfin place…