Accès direct au contenu

Môôôôsieur Philippe Corti

Corti Platini fumait dans le vestiaire

On a retrouvé le DJ qui mixait au mariage de Zidane : Philippe Corti, lui-même. Une anecdote parmi tant d'autres qu'il nous raconte avec sa gouaille légendaire.

On m’a dit que tu étais DJ au mariage de Zinedine Zidane. C’est vrai ?

Oui, bien sûr ! Mais aussi à celui de Candela, de Trezeguet…

Raconte, c’était sympa ?

En fait, il venait d’être transféré de Cannes, où je m’occupais d’une boîte, vers Bordeaux. Il est venu me voir, timide : « M.Corti, vous pouvez faire mon mariage ? ». Je lui ai dit oui tout de suite, pour 4 000 francs. A l’époque, il n’avait pas beaucoup de sous. On avait fait ça au Haillan. Pour celui de David, je me suis rattrapé, j’ai pris 3 000 euros.

Et Zizou, l’homme, tu en penses quoi ?

C’est un super mec. Lorsque j’étais en prison, il m’a envoyé tous ses maillots. Il n’oublie pas.

Tu restes en contact avec eux ?

Oui mais le truc c’est qu’à une époque, avant que le foot ne soit aussi médiatisé, j’étais plus connu qu’eux ! Ils me demandaient toujours de les faire rentrer aux Bains Douches ou ailleurs. Je suis de la génération 98 par rapport à ma carrière. Après 98, ils n’ont plus eu besoin de moi…

Tes propos confirment que les footballeurs sont de sacrés fêtards quand même…

Ils s’en cachent un peu mais ils sont obligés. Ils ne sont pas à l’abri d’une défaillance collective qui mettrait leur performance individuelle en exergue. Vu les sommes engagées, ils ne peuvent pas se permettre d’être pris en photo… Alors que bon, la moitié des footballeurs fume ! Platini aussi, il fumait même dans le vestiaire !

Le plus gros fêtard de la génération 98 ?

(Silence) Cette génération, ils avaient l’intelligence de savoir quand il fallait rentrer. Ce n’étaient pas les Ronaldo, Ronaldinho and co. Bon, c’est vrai que Dugarry n’était pas le dernier, mais il est du Sud-Ouest, ça joue ! Deschamps, en revanche, pas trop…

A ce propos, tu as une jolie anecdote sur lui et Platini dans les vestiares du Stade de France après la finale du Mondial 98.

Après la victoire, Platini débarque dans le vestiaire et balance : « alors les gars, il a fallu qu’on l’organise pour que vous la gagniez cette Coupe du monde ! ». Ce à quoi Deschamps a répondu, assez froidement : « La Coupe du monde, il y en a qui sont faits pour l’organiser et d’autres pour la gagner »… il n’y a pas grand-chose à rajouter…

Retrouvez l'intégralité de cet entretien dans le 10Sport, depuis jeudi dans vos kiosques.