Accès direct au contenu

El hombre de l’ombre

Barça : Busquets, lhomme de lombre

Sergio Busquets

Quand on parle du Barça, tout le monde cite l’extraterrestre Messi, où les cerveaux Iniesta et Xavi. Busquets, lui, travaille dans l’ombre, avec une redoutable efficacité. Ce soir, face à Séville, il fêtera sa 200eme apparition.

Le jeu pratiqué par le Barça est hissé au rang d’exemple absolu. Pour beaucoup, les Catalans pratiquent un football idéal, grâce à l’apport de ses deux maitres à jouer, Xavi et Iniesta. C’est oublier l’importance du troisième piston de la salle des machines barcelonaise, le dénommé Sergio Busquets. Demain, si tout va bien, il disputera le 200eme match de sa jeune carrière, sur la pelouse du FC Séville. Une jeune, mais très prolifique carrière pour le fils de l’ancien portier du Barça, Carles Busquets.

« Je sens beaucoup de respect »

L’occasion, pour celui qui ratisse les ballons aussi bien qu’il les distribue, de revenir sur son rôle au sein de l’entité catalane, dans les colonnes de Mundo Deportivo : « Je sens beaucoup de respect, que ces 199 rencontres ont changé beaucoup de choses. J’ai gagné beaucoup de titres. Je suis important au club et en sélection, et je suis très heureux de cette reconnaissance. Je vais atteindre la barre des 200 rencontres, mais j’espère qu’il y en aura beaucoup plus ».

« Je fais abstraction des médias »

Busquets est souvent vu, par le grand public, comme un casseur, ou pire encore, comme un acteur de cinéma capable des plus beaux plongeons. En réalité, sa science du jeu, du déplacement, n’a que peu d’égal dans le monde : « Le meilleur compliment, c’est d’avoir la confiance de ses coéquipiers et de ses entraîneurs. C’est le plus important. Je fais abstraction des médias. Mais les critiques, si elles sont bonnes, sont constructives ».

« J’ai beaucoup de choses à améliorer »

Sergio Busquets arbore, sur le pré, une palette extrêmement large. Il n’a pourtant que vingt-quatre ans, et encore beaucoup de temps devant lui : « J’ai beaucoup de choses à améliorer, aucun joueur n’est parfait. J’aimerais améliorer dans plusieurs domaines, comme la frappe ou le jeu long, ou encore de nombreux aspects tactiques ». Avec Xavi devant lui, Busquets a déniché le meilleur des professeurs.