Accès direct au contenu

Malgré lui…

Arsenal : les adieux manqués dHenry

Thierry Henry

Entré en jeu à la pause, Thierry Henry n’a rien pu faire pour inverser la tendance sur la pelouse du Milan AC (4-0). Il quitte Arsenal sur une lourde défaite, malgré lui.

A moins d’un improbable retour dans un an pour une nouvelle pige, Thierry Henry, qui fêtera ses 35 ans en août, jouait certainement ce soir sur la pelouse de San Siro le dernier match de sa carrière avec Arsenal. « Ce sera certainement la fin », reconnaissait-il ces derniers jours. L’histoire retiendra donc que le meilleur buteur de l’histoire du club (229 buts toutes compétitions confondues) a fait ses adieux sur une lourde défaite contre le Milan AC (4-0). La plus lourde de l’histoire du club en Ligue des champions, c’est dire… Mais c’est bien le seul accroc qu’on retiendra de ce retour du « King » chez les Gunners, tant celui-ci a été une franche réussite.

Henry méritait mieux...
Ce soir encore, son entrée en jeu à la pause à la place de Theo Walcott a quelque peu dynamité l’attaque londonienne. Sans succès, certes, mais il est le seul avec Robin Van Persie à avoir par moments mis à mal la défense milanaise. C’est simple, la seule véritable occasion d’Arsenal est venue d’un geste de génie du Tricolore. Une magnifique aile de pigeon à l’entrée de la surface à destination de Van Persie, dont Abbiati a parfaitement détourné la reprise de volée (66e). Demain, dans l’avion pour New York, l’international français, troisième meilleur buteur de l’histoire de la Ligue des champions derrière Raul et Ruud Van Nistelrooy, pourra ainsi faire le bilan d’un mois quasiment parfait à Arsenal, démarré le 9 janvier. Trois buts en sept matchs, dont deux décisifs, l’un en Cup contre Leeds, l’autre en Premier League samedi dernier à Sunderland.

Après tout ça, Thierry Henry méritait sans doute de plus beaux adieux.

A lire aussi : Hoarau, Ceara : les coiffeurs du PSG passent au travers