Accès direct au contenu

Déclaration de désamour

Torres n’a jamais aime Liverpool

Transfert sensation de ce mercato, Fernando Torres, passé du rouge de Liverpool au bleu de Chelsea, tente une explication. Les sentiments passent à la trappe.

Fernando Torres n'a pas de c'ur. Quand il parle de son récent transfert, il omet toute idée d'amour du maillot. « Je n'ai jamais embrassé l'emblème de Liverpool », lâche t-il sèchement. Et prévient ses nouveaux supporters. Chelsea n'aura pas plus de faveurs. Fernando a un discours qui détonne, dans le milieu très aseptisé du football pro. Sans langue de bois, il enchaîne : « Je vois certains joueurs le faire deux semaines après avoir signé dans un nouveau club. Mais le romantisme dans le football a disparu ». Pas plus sympa avec son nouveau club qu'avec Liverpool, Torres en rajoute une couche : « Quand j'étais jeune, à Madrid, je n'étais pas un fan de Liverpool ou un fan de Chelsea. J'étais fan de l'Atletico. Je le suis toujours. Dans la vie il ya parfois des trains qui ne viennent à votre rencontre qu'une fois. Vous devez prendre ce train ». Philosophe, El Nino. 

Les exemples Alonso et Mascherano
Si l'attaquant à la tête de bambin quitte Liverpool, c'est surtout car le club ne peut répondre à ses attentes. Les départs de Mascherano et Xabi Alonso en sont la parfaite illustration : « J'ai compris qu'en tant que footballeur, ils se dirigent vers d'autres grands clubs. J'ai compris qu'ils avaient besoin de le faire pour leur carrière. C'est la même chose pour moi. »

Le pauvre Steven doit se sentir bien seul.