Accès direct au contenu

La classe en marchant

PSG : lefficacité déconcertante de Pastore

Buteur et passeur décisif dans la même rencontre, Javier Pastore ne l’avait jamais été depuis son arrivée au PSG début août. Toujours aussi nonchalant, il a été décisif contre Ajaccio (4-1).

Javier Pastore n’avait plus marqué depuis le 14 janvier contre Toulouse (3-1). Il a mis fin cet après-midi à quasiment deux mois de disette, marqués par une blessure à la cuisse gauche, en ouvrant le score d’une frappe tendue du pied gauche, après un bon une-deux avec Blaise Matuidi (27e), inscrivant au passage son huitième but en Ligue 1. Le milieu offensif parisien n’avait surtout plus délivré la moindre passe décisive en championnat depuis le… 28 août et sa deuxième apparition à Toulouse (1-3). Il a remis à jour sa feuille de stats en servant idéalement Jérémy Ménez sur le deuxième but parisien de la soirée, après avoir temporisé au milieu de terrain (29e). Un but, une passe décisive, depuis son arrivée au PSG début août, Pastore n’avait jamais fait coup double dans la même rencontre.

Pastore, décisif, mais agaçant
Décisif et dans tous les bons coups parisiens, le meneur de jeu argentin n’en reste pas moins toujours aussi agaçant. Plus présent en seconde période, il a erré une bonne partie de la rencontre au milieu de terrain, ratant bon nombre de ses contrôles et ne participant que très rarement au repli défensif. Du Pastore dans le texte, comme souvent, très présent dans la surface de vérité (4 tirs, dont 1 cadré). Mais comparé à l’activité de Jérémy Ménez et Nenê, alignés sur les côtés dans le 4-2-3-1 de Carlo Ancelotti, c’est le jour et la nuit. A la mi-temps, Pastore était le deuxième joueur parisien derrière Guillaume Hoarau à avoir touché le moins de ballons (23 ballons joués). Mais la classe opère en marchant. Le Parc ne pourra pas en dire le contraire. Après un mois d’absence, « El Flaco » semble bel et bien de retour. Prêt pour la dernière ligne droite. Décisif.

Avec Maxime Raulin, au Parc des Princes