Accès direct au contenu

Foot - Équipe de France

Coupe du monde Brésil 2014 - Riolo : « Nasri ? Certains joueurs estiment qu’il ne doit pas venir »

À la veille de l’annonce de la pré-liste de Didier Deschamps pour le Mondial 2014 au Brésil, le cas de Samir Nasri fait toujours autant parler les amateurs de ballon rond.

Plus que quelques heures à attendre et toute la France du football saura quels sont les 30 joueurs présélectionnés par Didier Deschamps pour défendre les chances de la France au Brésil lors de la prochaine Coupe du monde. Forcément très attendue, cette liste devrait évidemment faire quelques déçus, au premier rang desquels pourrait figurer Samir. Lui-même très pessimiste sur ses chances de faire partie du voyage, le milieu de terrain de Manchester City pose question non pas par son talent, mais par son attitude au sein du groupe France.

« CERTAINS PENSENT QU’IL MET EN PÉRIL L’ÉQUILIBRE DU GROUPE »

« Est-ce que Samir Nasri doit figurer dans la liste ? Je crois que la question ne se pose pas, ne se pose plus, et je ne crois pas qu’il nous appartiennent de dire s’il doit ou ne doit pas y être. Sur des critères sportifs, je crois qu’au vu de sa saison accomplie il mérite d’y être, mais ce n’est pas ça le souci aujourd’hui ! (…) Didier Deschamps ne le prend pas pour d’autres raisons. Parce que certains joueurs de l’équipe de France estiment qu’il ne doit pas venir et qu’il met en péril l’équilibre de vie du groupe ! Il n’y a pas d’autres explications à chercher, que je me prononce pour ou contre sa présence ne changera rien du tout », a ainsi déclaré dans une vidéo l’éditorialiste de RMC Daniel Riolo.

« LE CRITÈRE DU BIEN-ÊTRE COLLECTIF EST TOUT AUSSI IMPORTANT »

« C’est pour des raisons de vivre ensemble qu’il ne vient pas, à partir de là il n’y a pas grand-chose à ajouter. Je pense que cela a toujours été comme ça. La base, c’est d’être bon, et ensuite c’est de bien vivre pendant plus d’un mois parce qu’il y a la préparation, plus le voyage, plus le Brésil. Donc c’est une longue période où il faut vivre ensemble, et si le critère sportif est le numéro 1, le critère du bien-être collectif est tout aussi important », a-t-il ajouté.

Articles liés