Accès direct au contenu

Foot - OM

OM : Payet, Thauvin… Quand Daniel Riolo révèle la première grande erreur de Bielsa à Marseille !

Marcelo Bielsa, OM

Alors que Dimitri Payet et Florian Thauvin ont été les protagonistes d’une scène peu glorieuse face à Rennes ce samedi, le consultant Daniel Riolo a évoqué la réaction de Marcelo Bielsa.

Alors que l’Olympique de Marseille se déplaçait ce samedi sur le terrain de Rennes, les hommes de Marcelo Bielsa n’ont pu faire mieux que match nul (1-1) au stade de la Route de Lorient. Surtout, le match a été marqué par une altercation entre Dimitri Payet et Florian Thauvin immortalisée par les caméras de télévision. Alors que Marcelo Bielsa s’est dit plutôt satisfait de cet épisode, au nom de la motivation nécessaire à tout groupe, Daniel Riolo n’est pas de son avis.

« MARCELO BIELSA PEUT SE TROMPER »

« Marcelo Bielsa peut se tromper. Et son analyse de l’altercation verbale entre Thauvin et Payet n’est pas forcément juste. Selon lui quand en plein match, Thauvin s’adresse à Payet en le traitant de « fils de pute » ou de « sale pute » (les versions divergent), ce n’est pas grave, juste la preuve d’une implication des joueurs dans la recherche de la performance collective. Ça n’engage que moi, mais je n’y crois pas. Pourquoi ? », a-t-il déclaré sur RMC.

« L’OM ? UN GROUPE GLOBALEMENT FAIBLE »

« Depuis le début de la saison, l’OM est en surperformance. Bielsa a récupéré un groupe meurtri par la triste saison dernière, un groupe revanchard. Une base de travail intéressante. Les changements au club ont placé le groupe face à ses responsabilités. Un devoir professionnel. Une situation parfaite pour un coach qui demande beaucoup à son groupe. En gros, l’exigence de Bielsa a trouvé à qui parler. Et pour un coach qui n’aime pas gérer ce qui peut polluer le terrain, qui ne veut voir que le terrain, il valait mieux prendre l’OM à ce moment-là. Plus de six mois après, l’OM a progressé, l’OM plaît à nouveau à ses supporters. Bielsa a donné une leçon de foot comme on en a peu vu en L1. Mieux, le podium est jouable. Mais le souci est ailleurs. Il est dans l’équilibre fragile d’un groupe globalement faible qu’un coach est parvenu à sublimer », a-t-il ajouté.

Articles liés