Accès direct au contenu

Foot - Mercato - ASSE

Mercato - ASSE : Le club en vente ? La réponse cinglante de Bernard Caïazzo !

Bernard Caïazzo, président du conseil de surveillance de l’ASSE, clôt définitivement le dossier de la vente du club.

Les supporters de l’ASSE ont assisté à un véritable feuilleton en mai dernier avec l’annonce de la vente du club à PEAK6, fonds d’investissement américain, mais le processus a finalement capoté après à la fin des négociations entre les deux parties, notamment, suite à une volonté de l’entreprise basée à Chicago de se séparer des services de Jean-Louis Gasset. Invité sur les ondes de France Bleu Loire à s’exprimer sur un possible nouveau repreneur, Bernard Caïazzo, président du conseil de surveillance des Verts, se montre catégorique.

« Nous ne sommes pas dans une démarche qui consisterait à vendre »

« Le club est-il encore en vente ? Non, on ne parle plus de ce sujet-là. Nous sommes concentrés sur la saison. On avait deux possibilités : faire appel à des investisseurs extérieurs ou emprunter. Depuis huit ans, le club ne perd pas d'argent. Avec Roland Romeyer (président du directoire), on a décidé de prendre des risques et de faire appel à l'emprunt car on voit des points positifs dans le foot français : les nouveaux droits télé en 2020, le superbe Mondial des Bleus. Il ne faut pas avoir peur d'oser et croire en l'avenir du club. Mais si, à l'avenir, un autre investisseur se présente ? Si un investisseur présente à l'OL un projet à un milliard d'euros, vous croyez qu'ils vont rester fermés ?... Eh bien nous non plus. Car c'est dans l’intérêt du club. Mais nous ne sommes pas dans une démarche qui consisterait à vendre aujourd'hui.  Pourquoi ça n'a pas fonctionné avec les investisseurs américains ? PEAK6 voulait se débarrasser de Jean-Louis Gasset, un crime de lèse-majesté ! Nous ne regrettons pas. Car quelques jours plus tard, il y a eu l'augmentation droits télé. Une bonne nouvelle. En plus, la société américaine a voulu faire venir Ricardo, l'ancien entraîneur de Bordeaux, au dernier moment », confie Bernard Caïazzo.

Articles liés