Accès direct au contenu

Envie dailleurs

Montpellier : un départ de Hilton ?

Vitorino Hilton

Vitorino Hilton s’est parfaitement relancé à Montpellier après des mois délicats à Marseille. Redevenu un titulaire indiscutable, le défenseur brésilien s’apprête peut-être à quitter le navire !

Montpellier, son avenir (au Brésil), l’équipe de France… Vitorino Hilton s’est confié à nos confrères du site estadaõ.com. Morceaux choisis :

Vous êtes en Europe depuis 10 ans. Quel est le bilan que vous faites de votre carrière ?
« J’ai très envie de jouer au Brésil. Comme je suis parti de Paraná à 23 ans, il y a beaucoup de gens qui ne me connaisse pas là-bas. Aujourd’hui je suis à Montpellier, mais, qui sait, si à la fin de la saison… J’ai signé un contrat d’un an avec une option pour une deuxième. C’est à moi de décider. Si je veux continuer, j’en ai la possibilité. »

Vous avez 34 ans. Vous comptez jouer jusqu’à quel âge ?
« Je pourrai jouer jusqu’à 38 ans tranquillement. Je prends soin de moi et j’ai une vie tranquille. J’ai eu une période à Marseille dans laquelle je ne me sentais pas bien et je jouais très peu, mais ici à Montpellier j’ai relevé la tête. C’est un club mineur, mais j’ai joué tous les matchs jusqu’à maintenant. »

Comment se déroule la reconstruction de l’équipe de France depuis son échec à la Coupe du Monde 2010 ?
« Avec le départ de Raymond Domenech, Laurent Blanc a emmené une nouvelle chose très bonne pour la sélection, le dialogue entre les joueurs. Avant, cela n’existait pas. Les supporters aiment beaucoup Blanc et il fait du bon boulot. Maintenant, il faut attendre l’Euro. S’il arrive à réaliser un bon parcours, c’est sûr que la France va donner du fil à retordre au Brésil à la Coupe du monde 2014. »

Comment expliquer le bon parcours de Montpellier ?
« C’est une équipe avec une défense très jeune qui commettait beaucoup d’erreurs dans des matchs importants. Avec mon arrivée, ça a changé un peu. Je joue avec un jeune défenseur très bon de 23 ans et c’’est l’une des révélations (NDLR : Mapou Yanga-Mbiwa) du championnat français. Mais quand je suis arrivé, il commettait encore quelques erreurs. J’ai donc parlé avec mes coéquipiers en leur donnant des conseils et de match en match, l’équipe s’est améliorée. »

Articles liés