Accès direct au contenu

Gros regret

Gerets, le drame de Ben Arfa

Hatem Ben Arfa réussit à Newcastle ce qu’il n’a jamais fait en France : s’imposer comme un titulaire indiscutable. La faute, en partie, à des entraîneurs qui n’ont jamais su exploiter son indéniable potentiel. Pourtant, Ben Arfa a un regret : le départ d’Erik Gerets de l’OM. 


 
Hatem Ben Arfa revit depuis plusieurs mois à Newcastle dans un club et un pays qui lui conviennent à merveille. Mais si le milieu offensif français montre enfin tout le talent qu’on lui prête depuis son adolescence, c’est en grande partie grâce à son coach, Alan Pardew. Le manager des Magpies a réussi ce qu’aucun technicien français n’avait jusque là su faire avec Ben Arfa : le mettre dans les meilleures dispositions tactiques et mentales pour qu’il exprime au mieux son potentiel. Comme le fait notamment de lui laisser une totale liberté d’action en phase offensive
 

« Le départ de Gerets de l'OM, un drame pour Hatem » 
En France, ses différents entraîneurs n’ont jamais vraiment su comment utiliser Ben Arfa et ne lui ont jamais vraiment fait confiance. Tous, sauf un : Erik Gerets, à en croire un des proches du milieu offensif français. « Le drame d’Hatem, ça a été que Gerets parte de l’OM, nous confie un membre de son entourage. Il avait compris comment l’utiliser et voulait l’installer en numéro 10. » A l’image d’Alan Pardew, le technicien belge couvait Ben Arfa pour mieux lui accorder sa confiance par la suite. Mais Erik Gerets, démissionnaire, n’aura finalement pas eu le temps de réaliser ce qu’il voulait faire avec HBA à l'OM.
 

Ben Arfa « destabilisé par Deschamps »
Et l’arrivée de Didier Deschamps en remplacement de Gerets à l’OM, a, elle, semble-t-il été fatale à Ben Arfa. « Il a été déstabilisé par l’arrivée de Deschamps. Il avait l’impression de jouer sa vie à chaque match », poursuit ce même proche. Il est vrai qu’avec le peu de temps de jeu que Deschamps lui accordait, tout le monde attendait de lui qu’il enfile le costume de sauveur. Mais sans confiance et régularité, difficile de se transformer en héros.