Accès direct au contenu

Une ombre qui sépaissit

ASSE : Ruffier, la vraie menace de Lloris

ASSE : Ruffier, la vraie menace de Lloris

Déjà énorme lors de la séance de tirs au but face à Lorient, Stéphane Ruffier a réalisé une prestation impeccable devant Reims (0-0). Et si le gardien de l'ASSE revenait en grâce aux yeux de Didier Deschamps ?

C’est le genre de match où un gardien peut se tourner les pouces pendant 89 minutes et doit se montrer décisif en une petite fraction de seconde. Bonjour la concentration. Ce type de prestation, Stéphane Ruffier l’a sorti devant Reims ce dimanche à Geoffroy-Guichard. Au chômage technique pendant la majeure partie de la rencontre, le gardien de l'ASSE a, notamment, réalisé une sortie exceptionnelle dans les pieds d’Ayité (40e). Lancé en profondeur par Devaux, l’ancien attaquant de Bordeaux a réalisé un crochet extérieur admirable devant lui et aurait contourné 90% des gardiens. Pas Ruffier.

Une merveille de sortie
Dans un le timing parfait, celui-ci a attendu le moment adéquate pour gicler dans ses godasses et lui chiper le ballon des deux mains. Propre. Cette prestation impeccable (peu de boulot mas toujours bien fait), qui arrive quatre jours après deux tirs au but détournés en Coupe de la Ligue devant Lorient, vient renforcer l’hypothèse d’un retour en équipe de France. Couplée à la transparence d’Hugo Lloris à Tottenham, la terrible bourde de Steve Mandanda à l’OM et le passage délicat de Mickaël Landreau à Lille (Cédric Carrasso jouera ce soir à Lyon), celle-ci n’aurait rien de loufoque.

Un nouveau rôle de « 5e défenseur »
Depuis le début de la saison, Ruffier a de plus pris une autre envergure dans les cages de l’ASSE, avec une position très avancée et un rôle déguisé de « 5e défenseur ». « C’est un travail qu’il fait avec Fabrice Grange, confirme Christophe Galtier dans Le Progrès. Il va plus loin de sa cage chercher le ballon. C’est un choix pour soulager nos défenseurs et relancer plus vite. Cela engendre des risques mais ça ne m’inquiète pas ». Et quand on sait que Didier Deschamps a du mal à dégager une charnière centrale crédible pour faire face à l’Espagne le 16 octobre à Madrid…