Accès direct au contenu

Foot - Angleterre

Chelsea/Arsenal : Quand Wenger s’amuse des remarques de Mourinho sur City et le fair-play financier !

Arsène Wenger, Arsenal

Suite aux remarques de José Mourinho sur Manchester City et le fair-play financier, Arsène Wenger a ironisé en conférence de presse.

Samedi, José Mourinho a adressé une nouvelle pique à Manchester City qui, selon lui, ne respecte pas les règles du fair-play financier. « La seule chose qui n’est pas agréable, c’est que vous êtes en compétition avec ceux qui ne suivent pas les mêmes règles. C’est le seul problème. Je ne pense pas qu’une équipe puisse être championne quand elle est punie. C’est déjà arrivé parce que l’équipe ne respectait pas le fair-play financier », avait-il lancé.

« JE CROIS QUE NOUS AVONS UN BON SENS DE L’HUMOUR ICI »

Invité lundi à réagir aux propos du Special One, le manager des Gunners Arsène Wenger a ironisé en conférence de presse. « Je crois que nous avons un bon sens de l’humour ici », a-t-il d’abord lancé dans un sourire. « Cela dépend de ce que vous appelez fair-play financier, car la notion a changé », a-t-il poursuivi dans des propos relayés par le Daily Express.

« S’IL Y A BIEN UN CLUB QUI L’A TOUJOURS RESPECTÉ, C’EST ARSENAL »

« Cela concerne-t-il uniquement les revenus générés par la billetterie ? Est-ce la billetterie et la publicité ? La billetterie et la télévision ? Le naming est-il aussi concerné ? Le fair-play financier n’est pas clair pour les gens, les règles sont très compliquées. Nous sommes un sport populaire, il faut donc clarifier et simplifier les règles pour que tout le monde les comprenne. Si je demande à dix personnes dans la rue ce que cela signifie et que vous me posez la question ensuite, moi qui suis dans le métier, je n’ai plus une idée claire de ce que cela signifie. Les règles du fair-play financier doivent être respectées par tout le monde et s’il y a bien un club qui a toujours respecté le fair-play financier, et vous pouvez insistez sur le toujours, c’est Arsenal, nous n’avons donc pas à en parler », a-t-il conclu.

Articles liés