Accès direct au contenu

Formule 1

Formule 1 : McLaren, Honda… Vers une révolution pour Fernando Alonso ?

Alors que McLaren connaît une nouvelle saison très compliquée, la direction de l’écurie britannique met la pression sur Honda.

Depuis le retour de l’association avec Honda, McLaren a de quoi nourrir de la déception. S’il y a eu des progrès la saison dernière, le motoriste nippon comptait profiter de la nouvelle réglementation pour enfin jouer les premiers rôles. Mais force est de constater que c’est un échec et Fernando Alonso ne cache plus sa frustration de se battre en fond de grille. Un constat désormais partagé par la direction de l’écurie britannique qui met clairement la pression sur Honda par l’intermédiaire de Zak Brown, le directeur exécutif de McLaren. Ce dernier pose un ultimatum avant de mettre fin à cette collaboration et se tourner à nouveau vers Mercedes. 

« Nous sommes proches de notre limite »

« Honda travaille sans relâche, mais ils semblent un peu perdus. Ils nous ont récemment dit que nous n’aurions pas d’évolution moteur [pour le Grand Prix du Canada]… et nous ne savons pas quand nous pourrons l’avoir, ce qui est préoccupant, car la douleur est grande et nous ne pouvons pas rester éternellement dans le fond du peloton. Nous attendions impatiemment cette évolution moteur, tout comme nos pilotes, et le fait que nous ne l'aurons pas [à Montréal] est une énorme déception. Le comité exécutif [de McLaren] nous a maintenant donné notre ordre de marche : hors de question de revivre en 2018 une année comme celle-ci. Je ne souhaite pas évoquer nos options, notre préférence reste de remporter le Championnat du monde de Formule 1 avec Honda. Mais à un moment donné, nous devrons prendre une décision quant à savoir si cet objectif est réalisable, et pour le moment nous avons de sérieuses inquiétudes. Ne pas avoir d’évolutions moteur, ou des évolutions moteur qui ne sont pas au niveau que l’on nous avait promis… Vous pouvez encaisser cela pendant un certain temps, mais là nous sommes proches de notre limite. Les pertes commencent à être plus importantes que ce que Honda nous apporte. Et quand vous commencez à faire les comptes, il n’y a plus le bénéfice que ce partenariat est censé nous apporter », confie-t-il à Reuters.

Articles liés