Formule 1
Un « carnage » en vue pour Fernando Alonso ?

À 40 ans, Fernando Alonso continue d’être performant en Formule 1. L’Espagnol use régulièrement de son expérience et de son intelligence en piste pour se hisser là où il peut. Pour Damon Hill, il pourrait avoir une place dans une écurie du haut de tableau. Mais la mentalité en interne de l'Espagnol pourrait être un problème.

De retour en Formule 1 la saison dernière, Fernando Alonso est devenu le pilote le plus âgé du paddock suite au départ à la retraite de Kimi Räikkönen à l’issue de l’année 2021. À 40 ans et avec deux titres de champion du monde dans son palmarès, l’Espagnol est un pilote très expérimenté. Ce dernier n’hésite d’ailleurs pas à user de son expérience pour faire tourner une situation à son avantage. Lors des qualifications du Grand Prix d’Azerbaïdjan, Fernando Alonso n’avait d’ailleurs pas manqué de provoquer la colère d’Alexander Albon. En toute fin de la Q1, le pilote de Williams s’élançait pour une dernière tentative afin d'essayer de se qualifier pour la Q2. De son côté, Fernando Alonso avait également décidé de réaliser un dernier tour. Cependant, la vitesse de l’Espagnol a été reprochée par Alexander Albon, qui affirmait que la seule volonté du pilote d’Alpine était de nuire à ses adversaires en roulant lentement et qu’il devait être pénalisé pour cela. Finalement, Fernando Alonso est sorti de ce petit incident sans aucune sanction de la part de la FIA. C’est ce petit côté rusé du pilote de 40 ans qui plaît d’ailleurs à Damon Hill.

Un Alonso rusé, sournois... et performant pour Alpine malgré tout

« Je l’aime bien, il est tellement rusé. Alex Albon a dit de lui qu’il était un gars incroyablement intelligent parce qu’il était en train de jouer à des jeux lors des qualifications. Il était en train de jouer ses vieux tours, mais nous ne pouvons pas ne pas avoir une admiration sournoise. Ce type, d’une manière ou d’une autre, parvient à tout jouer à son avantage, et il le fait aussi avec un petit sourire insolent. Et il est performant, ce n’est pas comme s’il était une nuisance et n’était pas au niveau, il fait le boulot. Il est performant pour Alpine et je préfèrerais l’avoir dans mon équipe plutôt qu’à l’extérieur, et qu’il me fasse la même chose » a confié l’ancien champion du monde 1996 dans le podcast F1 Nation et dans des propos rapportés par Nextgen-Auto.

Un « carnage » en interne avec Alonso dans une écurie de pointe ?

Damon Hill estime d’ailleurs que Fernando Alonso pourrait avoir une chance de se battre à l’avant du peloton si l’opportunité se présentait à lui. Mais son âge et sa mentalité en interne pourraient jouer en sa défaveur chez les écuries de pointe : « L’épuisement ne semble pas s’être installé, pas plus qu’un manque d’enthousiasme. Si vous lui disiez qu’il a encore une chance de se battre à l’avant, il sauterait dessus, il serait là et il gagnerait probablement. Donc le problème est, pour une équipe de pointe, de savoir combien de temps il sera là. Et quel carnage y aura-t-il une fois qu’il commencera à s’impliquer dans la gestion de l’entreprise et sa politique, ce qu’il a tendance à faire ? Il a définitivement dépassé les bornes lorsqu’il était chez McLaren la première fois, et également chez Ferrari. »

Articles liés