Accès direct au contenu

Foot - Mercato - OM

Mercato - OM : Eyraud et Zubizarreta à la recherche du nouveau Sadio Mané ?

Toujours à la recherche des futurs grands joueurs, l'OM aurait signé un partenariat avec une académie sénégalaise dans le but de dénicher les nouveaux Sadio Mané ou Kalidou Koulibaly.

Depuis son arrivée à la tête de l'Olympique de MarseilleFrank McCourt n'a pas hésité à sortir le chéquier et à aligner les millions afin de renforcer l'effectif de Rudi Garcia. Malgré tout, l'homme d'affaires américain n'est pas un puits sans fond. Par conséquent, Jacques-Henri Eyraud et Andoni Zubizarreta cherchent à se montrer malin et n'ont jamais caché leur volonté de former les stars de demain. Dans cette optique, Mansour Loum, journaliste pour Stad'Afric, évoquait une collaboration à venir entre l'OM et Diambars, l'académie sénégalaise fondée il y a quinze ans par Patrick Vieira, Bernard Lama et Jimmy Adjovi-Boco. A l'image du LOSC avec Pape Souaré et Idrissa Gueye ou encore du FC Metz avec Kalidou Koulibaly, Sadio Mané et Ismaïla Sarr, le club phocéen compte bien dénicher la future star sénégalaise.

L'OM pourrait investir dans une académie sénégalaise

« Il y a un accord, même si ça n'a pas encore été officialisé. Les infrastructures de Diambars intéressaient l'OM, cela avait déjà été évoqué l'été 2017 lors de la visite du président de l'OM. Mais pour l'instant il y avait un partenariat avec le club de Lille. Celui-ci va prendre fin et l'OM devrait normalement prendre la place. l'OM veut partir sur un modèle différent, ils veulent plus copier Metz avec Génération Foot (et qui a permis au club lorrain de voir Kalidou Koulibaly, Sadio Mané et Ismaïla Sarr débarquer directement du Sénégal). L'idée, ce n'est pas juste d'arriver et de prendre les meilleurs mais vraiment de tisser un lien, de représenter l'OM sur place, de faire en sorte que les joueurs, une fois qu'ils débarquent à Marseille, savent exactement où ils mettent les pieds et ce qu'ils ont à faire. Il est fort probable par exemple que l'OM envoie des formateurs sur place pour transmettre », confie Mansour Loum dans une interview accordée au Phocéen.

Articles liés