Accès direct au contenu

Foot - Ligue 1

Taxe à 75 % - Thiriez : « Le foot français fait les frais d’une politique démagogique »

Frédéric Thiriez, LFP

Alors que le Conseil constitutionnel a validé hier la taxe à 75% sur les hauts revenus, le président de la LFP Frédéric Thiriez ne digère toujours pas cette mesure.

Faisant parler d’elle depuis des mois, la fameuse « taxe à 75% » censée s’appliquer sur les hauts revenus, et donc ceux des footballeurs, a connu une énième (dernière ') actualité ce dimanche. Alors que le Conseil constitutionnel avait été saisi sur la constitutionnalité d’une telle mesure, ce dernier a décidé de valider la mesure gouvernementale, enterrant les derniers espoirs de Frédéric Thiriez, président de la LFP, de voir le football français épargné par cette taxe.

« ABSURDE ÉCONOMIQUE, INEFFICACE FISCALEMENT, INJUSTE SOCIALEMENT »

Par le biais d’un communiqué, le dirigeant français a tenu à réagir à cette décision, qu’il juge « profondément regrettable ». « Tout le monde reconnaît que la taxe à 75% est absurde sur le plan économique, inefficace sur le plan fiscal et injuste sur le plan social. Je comprends que le Conseil n'a pas voulu censurer deux fois le Gouvernement sur le même projet. Les conséquences en seront très lourdes pour nos clubs dans les années qui viennent. Le football français va donc faire les frais d'une politique avant tout démagogique », a estimé Frédéric Thiriez.

« ON NE NOUS ÉPARGNE PAS ! »

Interrogé la semaine dernière sur le même sujet, le président de la LFP avait une fois de plus pourfendu le projet du Gouvernement. « Je ne reviendrai pas sur la suppression du Droit à l’Image Collective qui nous coûte 50M€ chaque année ni sur le niveau des charges sociales très lourdes ou sur les coûts de sécurité qui ont été multipliés par 3 en cinq ans. On ne nous épargne pas ! Nous avons un sentiment fort d’incompréhension de la part des politiques qui considèrent que le football professionnel déborde d’argent et qu’on peut donc le taxer toujours plus. Bien sûr, il y a le PSG et Monaco mais ces deux clubs ne doivent pas masquer la forêt des 38 autres clubs qui ont réduit leur budget de manière drastique, avec une baisse de la masse salariale de 8% l’an dernier », avait-il expliqué.

Articles liés