Accès direct au contenu

Foot - PSG

PSG/SC Bastia : L’agent de Thiago Motta répond à Bastia pour Brandao !

Thiago Motta, PSG

Alors que le SC Bastia n’a toujours pas officiellement sanctionné Brandao, l’agent de Thiago Motta, Alessandro Canovi, est monté au créneau en dénonçant une sérieuse « hypocrisie » du club corse...

Depuis le coup de tête de Brandao adressé à Thiago Motta, le SC Bastia a réagi par le biais d’un communiqué publié sur son site. Le club corse regrette bien évidemment le geste de son joueur, mais pointe surtout du doigt les insultes de l’international italien. « Par ce communiqué, le SC Bastia condamne sans aucune ambiguïté le geste de son attaquant Brandao à l’encontre du joueur Thiago Motta. (…) Notre club prend donc aujourd’hui ses responsabilités, avec dignité et dans le respect des compétences de chacun. (…) Qu’il nous soit donc simplement permis de déplorer le comportement tout aussi inacceptable de certains joueurs qui n’ont de cesse d’insulter et de provoquer leurs adversaires, ainsi que le démontrent une nouvelle fois les images de la rencontre et bon nombre de témoignages. C’est pourquoi nous demandons à toutes les parties de faire preuve de retenue afin que ce dossier soit traité de la façon la plus juste et équitable qui soit ».

« GRANDE HYPOCRISIE DE FAIRE PASSER THIAGO COMME LE PROVOCATEUR »

Un communiqué qui n’a pas réellement plu à l’agent de Thiago Motta, Alessandro Canovi… L’homme d’affaires italien, interrogé par Simone Rovera -consultant pour L’Equipe-, s’est dit « surpris » par l’attitude du club corse, qui selon lui, tente de trouver des circonstances atténuantes à Brandao. « Je reste surpris par certaines déclarations officielles faites par le club et ses employés. Ma surprise est encore plus grande parce que jusqu'à maintenant, ni le joueur ni le club, qui représentait Brandao à l'époque des faits, n'ont présenté leurs excuses à Thiago Motta ou au Paris Saint-Germain. Je considère que c'est un non sens et surtout une grande hypocrisie de faire passer Thiago pour le provocateur, comme si on voulait justifier l'embuscade lâche dont il a été victime. Je suis attristé aussi par le fait que dans cette affaire il y a une autre victime : le public, surtout les plus jeunes, qui ont vu la scène à travers la télévision et les réseaux sociaux. Un acte de préméditation et violent que je considère toujours comme une véritable embuscade », a-t-il ainsi conclu.

« LES MOTS PEUVENT FAIRE TOUT AUSSI MAL QUE DES COUPS »

Le président du SC Bastia, Pierre-Marie Geronimi, a également réagit sur la situation au micro de RMC ce lundi soir, en indiquant que son attaquant brésilien n'a pas été convoqué à l'entraînement prévu ce lundi soir. « Des explications de Brandao sur son geste ? Ce n’est aucun cas une excuse, un excuse, mais si un joueur a ce type de réaction, c’est qu’il y a eu quelque chose. On parle beaucoup de violence physique, mais il y a aussi la violence verbale. Les mots peuvent faire tout aussi mal que des coups. Brandao nous a donné certaines explications, mais on ne peut pas tolérer que des joueurs insultent en permanence de la 1ère à la 90e minute. J’ai condamné avec la plus grande fermeté le geste de Brandao qui est inexcusable. On ne lui trouve aucune excuse et pour preuve, il ne participe même pas à l’entraînement prévu ce lundi soir. C'est aussi la volonté de Claude Makélélé. Il faut punir ce geste, mais il faut aussi punir les autres », a notamment déclaré le patron du SC Bastia.

Articles liés