Accès direct au contenu

Foot - PSG

PSG : La saison du PSG n'est pas un échec!

Voilà c'est fini comme dirait l'autre. Enfin serait-on tenté de dire tant cette saison fût éprouvante pour le PSG et les critiques insistantes. Le moment de faire le bilan est donc venu. Et je refuse de parler d'échec.

Ça y est, l'heure est au bilan. Et lorsqu'il s'agit de faire celui de la saison du PSG, les avis vont bon train et sont souvent radicaux de la part de la presse : c'est un échec. Un jugement un peu rapide et qui tend à être contrasté. Si tous les objectifs n'ont évidemment pas été remplis et la désillusion du Nou Camp reste dans toutes les têtes, résumer la saison parisienne à cette défaite est injuste pour un club qui a tout de même remporté trois titres et offert quelques belles prestations.

Un contexte particulier

Pour juger cette saison de la façon la plus objective possible, il faut prendre en compte tous les éléments. Ainsi, il ne faut pas oublier qu'Unai Emery est arrivé fin juin et Patrick Kluivert le 14 juillet. Délicat de préparer une saison en complétant son organigramme seulement deux semaines avant de la débuter. Et pourtant, certains observateurs s'efforcent de comparer avec la saison dernière. Une obstination qui frôle le ridicule. Autre élément qui rend incohérente la comparaison avec le précédent exercice : la concurrence. L'AS Monaco a réalisé une saison exceptionnelle avec le deuxième plus grand total de points de l'histoire de la Ligue 1 (95), ce qui n'a pas empêché le PSG d'inscrire également un nombre de points impressionnant (87). Mais ceux qui se réjouissent du fait que la L1 se renforce sont les mêmes qui se plaignent que les Parisiens ne fassent pas mieux...

Un bilan plus qu'honorable...

Malgré ce contexte, le PSG s'en tire donc avec un bilan honorable. Deuxième de Ligue 1 avec 87 points, c'est loin d'être une honte même si les Parisiens visaient évidemment le titre. Il faut simplement reconnaître la supériorité de Monaco. Une troisième place aurait été une catastrophe, forçant le club de la capitale à passer par deux tours pour accéder à la phase de groupe de Ligue des Champions, ce qui aurait compliqué le mercato. Mais surtout, à côté du Championnat, le PSG a remporté trois trophées : le Trophée des Champions contre l'OL (4-1), la Coupe de la Ligue contre l'ASM (4-1) et la Coupe de France face à Angers (1-0). Un bilan qu'envieraient de nombreux clubs, mais visiblement au PSG, qui a remporté 14 des 16 derniers trophées nationaux, ce n'est pas suffisant... Et pourtant, Paris détient désormais le record de victoire en Coupe de France (11) et a encore amélioré celui en Coupe de la Ligue (7).

...En attendant mieux

Un traitement de faveur qui a animé la presse française cette saison. Le PSG n'a pas été épargné. Et s'il l'a parfois bien cherché, cela a souvent tourné à l'acharnement. Le dernier exemple en date est la Coupe de France. Avant la finale contre Angers, le message envoyé était « victoire obligatoire » sans quoi l'avenir d'Unai Emery était menacé et l'été s'annonçait brûlant. Mais après le succès, le constat n'était pas pour autant réjouissant. Un trophée qu'il fallait absolument remporter est rabaissé une fois qu'il est gagné. L'incohérence à son paroxysme. Certains osent même dire qu'il n'a pas la même saveur que d'autres titres à cause de la manière dont il a été remporté. Ces mêmes observateurs qui encensaient José Mourinho après la victoire de Manchester United en Ligue Europa contre l'Ajax Amsterdam (2-0). L'incohérence dites-vous ? Il faudra faire avec ce traitement médiatique encore la saison prochaine, car, on l'espère, Unai Emery sera toujours sur le banc du PSG. Et cette fois-ci, il faudra faire mieux, sans quoi plus rien ne lui sera pardonné. Le titre apparaît obligatoire tout comme un beau parcours européen. Pour cela, il sera nécessaire de surfer sur la dynamique de la seconde partie de saison lors de laquelle les Parisiens n'ont subi que deux revers (à Barcelone et à Nice). Et dans ce but, le renforcement de la direction sportive devrait aider le club de la capitale à redresser la barre. Et ce sera indispensable, sans quoi Emery et le PSG ne seront pas épargnés...

@Arthur_Montagne

Articles liés