Accès direct au contenu

Rugby - Coupe du monde

Rugby – Coupe du monde : « La France peut battre n’importe qui »

L’Equipe de France de Philippe Saint-André se présente au Mondial avec le costume du parfait outsider. Dans le flou depuis près de quatre ans, les Bleus ont rendez-vous avec leur destin, prêts à tout pour réaliser le casse du siècle.

Le dernier frisson du XV de France remonte au 23 octobre 2011. Un soir de finale de Coupe du Monde, en Nouvelle-Zélande, dans lequel les Bleus de Lièvremont sont passés à quelques détails d’un sacre en terre promise aux Blacks. Depuis, les forces tricolores naviguent à vue. La griffe Saint-André n’a pas métamorphosé le groupe France, sans cesse englué dans ses doutes, son inconstance et son manque de confiance. A quoi bon aller en Angleterre pour cette nouvelle Coupe du Monde, dans ce cas ? Jérôme Fillol (champion de France en titre avec le Stade Français), Julien Bonnaire (International français, 75 sélections) et Thomas Lombard (Canal+) répondent.

JÉRÔME FILLOL : « LA FRANCE PEUT BATTRE N’IMPORTE QUI »

« Cette équipe de France a été beaucoup décriée. Elle a dû encaisser des choses difficiles et traverser ces périodes ensemble. Ça forge… Comme cette longue préparation de deux mois, intense. Je pense qu’un groupe a pu émerger de tout ça et l’exemple type, c’est cette victoire contre l’Angleterre. On a vu un état d’esprit, une envie de se battre et de jouer. Ce n’est pas anodin d’avoir battu les Anglais de cette façon. Un déclic ? Oui, ça peut tout à fait l’être. La France sait qu’elle est capable de battre n’importe qui. Arriver avec cette base-là, et quelques certitudes, à une Coupe du monde, c’est très bien. Personne n’attend vraiment les Bleus dans ce Mondial et je pense que ce n’est pas plus mal ! Ils vont pouvoir travailler sereinement et jouer leur carte à fond. »

JULIEN BONNAIRE « ON EST MEILLEUR QUAND ON N’EST PAS ATTENDU »

« La victoire contre les Anglais montre qu’il suffit de peu de choses pour que l’engouement autour de l’équipe de France éclate. Mais c’est une bonne chose, ça va permettre aux sceptiques d’avoir un début de réponse (rire). Si on regarde les individualités de ce groupe France, clairement, on n’a pas grand-chose à envier aux autres équipes. Il nous manque peut-être de la confiance. Et cette victoire contre l’Angleterre va forcément faire du bien. Physiquement, les garçons ont montré qu’ils étaient prêts. Il faudra sortir des poules et après, c’est tellement aléatoire, tout peut se passer. En Nouvelle-Zélande, personne ne nous attendait. Si on avait pu nous enterrer, certains l’auraient fait… Au final, si on gagne contre les Blacks, il n’y a pas grand-chose à dire. De toute façon, on est meilleur quand on n’est pas attendu. Un joueur qui peut tout changer ? Louis Picamoles. Quand il est à ce niveau-là, il n’a pas d’équivalent au monde. Il a un profil atypique. Il a travaillé pour obtenir cette puissance et il arrive au top au bon moment. »

THOMAS LOMBARD : « L’AVENTURE POURRAIT BIEN ÊTRE BELLE… »

« Le potentiel est là, personne ne peut dire le contraire. Et après un cycle de 3 ans et demi de disette, on peut s’attendre à ce que la série noire prenne fin. En tout cas, ce groupe peut générer bien des choses. Le second match face à l’Angleterre le prouve, il suffit d’un rien pour que cette équipe s’envole. Ca peut vraiment être un déclic pour le groupe. Une victoire sur laquelle construire sa confiance. Si les Bleus arrivent à imprimer le même tempo que face à l’Angleterre, avec laquelle elle a fait mieux que jeu égal, l’aventure pourrait bien être belle… »