Accès direct au contenu

Emancipation

Mahinmi : « Mon rôle à Dallas a changé »

En plein déménagement, Ian Mahinmi a pris le temps de répondre à mes questions. Le champion NBA en titre revient sur son très bon début de saison et son nouveau statut au sein des Dallas Mavericks. Ian, tu réalises un excellent début de saison. Qu’est-ce qui a changé par rapport aux exercices précédents ? Tout d’abord, mon rôle dans l’équipe. J’ai gagné une place dans la rotation intérieure avec le départ de Tyson Chandler à New-York. Puis, il y a le travail qui paie aussi. Je suis un bosseur et ça paie toujours.« On m’a donné ma chance »


Sens-tu que le regard de ton coach et de tes coéquipiers a changé ?
Le staff et mes coéquipiers ont toujours eu confiance en moi. Ils savent depuis toujours de quoi je suis capable. Je me suis bien préparé pour ça, on m’a donné ma chance et je ne voulais surtout pas la laisser passer. Puis, quand on évolue dans une franchise comme les Mavs, avec de grands joueurs, ça facilite beaucoup la tâche.


A l’inverse de toi, Dallas semble avoir un peu de mal à retrouver son niveau… (il coupe)
Non, je ne pense pas que l’on ait du mal. C’est vrai que nos deux premiers matchs ont été laborieux, mais depuis on est bien mieux. Ensuite, on perd deux fois au buzzer face aux Clippers et aux Lakers, c’est dur mais c’est le basket. On n’est pas si mal que ça. Défensivement, on est vraiment bien, on reste sur trois victoires, la saison est loin d’être terminée.


Qu’est-ce que ça change de jouer tous les soirs dans la peau du champion ?
Ça rajoute du piment, on sait que nous sommes un peu plus attendus. C’est un nouveau statut que nous devons assumer. J’aime bien être dans la peau du champion et défendre cette couronne.


« Fier d’avoir serré la main d’Obama »


En début d’année, tu as rencontré Barack Obama à la Maison Blanche. Quel effet ça fait ?
Ça restera quelque chose d’extraordinaire, je n’oublierai jamais. Si on m’avait dit que je vivrais ça il y a deux ou trois ans, j’aurais été mort de rire et je ne l’aurais pas cru. Mais quand j’ai serré la main du président, j’étais très fier ! J’ai aussi eu une pensée émue pour mes parents, ça a vraiment été un grand moment pour ma famille et moi.


Lors de cette rencontre, tu t’es d’ailleurs fait remarquer par ta tenue quelque peu originale…
(Rires) Oui, j’aime bien m’habiller et faire des choses un peu différentes. Donc pour cette occasion spéciale, j’ai voulu mettre une tenue spéciale. J’ai sortie le nœud « pap » de circonstance.


Mahinmi, futur papa


Tu es dans les cartons actuellement. Nouveau rôle, nouvelle saison, nouvelle maison ?
Non pas du tout (rires). J’ai besoin de plus d’espace car ma fiancée et moi attendons un heureux événement prochainement donc l’appartement que j’avais avant n’était plus adapté à ma future vie.


Comme tu brilles avec ton équipe, penses-tu à l’équipe de France et aux Jeux Olympiques ?
Oui, bien sûr que j’y pense mais je ne veux pas griller les étapes. Je sais qu’il va y avoir beaucoup de concurrence sur les postes intérieurs, la décision du coach ne va pas être facile. J’espère que je ferai partie de l’aventure, dans le cas contraire, il n’y aura pas de souci, je respecterai toujours les choix de Vincent Collet.


Cette année 2012 pourrait être énorme. Papa, avec un deuxième titre NBA en juin et une médaille olympique en août…
Ça peut être une année magique ! 2011 a déjà été fantastique pour moi. Mais c’est vrai que 2012 s’annonce bien. L’année a déjà bien commencé, espérons que cela continue.