Accès direct au contenu

LE TACLE DE MELINA

Quand Licha nest pas la les souris dansent

Cette semaine, Mélina tacle Lisandro Lopez, « la nouvelle star » de l'OL. L'attaquant argentin n'est pas épargné à la veille du fameux derby contre Saint-Etienne...

Celui qui a attiré tous les regards la saison dernière du côté du Rhône, d’abord par le coût de son transfert, le plus cher de l’histoire de l’OL, et sur le terrain ensuite où il a été étincelant, continue à faire parler… Mais cette fois les commérages n’ont rien d’éloquents ! Ils sont contraires aux velléités du club toujours à la recherche du rythme de croisière qui était le sien durant la dernière décennie. Avec Lisandro, Lyon pensait avoir trouvé la perle qui lui permettrait de reconquérir le titre de Champion de France et surtout de lever la coupe aux grandes oreilles, objectif ultime de la politique du Président Jean-Michel Aulas qui, après 10 années lumineuses, ronge encore son frein européen. Quand on fait allusion à Lisandro, on évoque ce compétiteur dont la grinta n’a pas d’égal. Celui qui en ½ finale de Ligue des Champions face au Bayern Munich, tandis que son équipe est ultra-dominée, exerce un pressing constant, défend et attaque sans relâche. Ce même battant qui, suite à une courte victoire décrochée à Montpellier dans le sprint final du championnat, bondit de rage et de joie sur le banc. Depuis le début de saison, il est en autrement… Alors… Lisandro : ange ou démon ?

Lisandro, la diva

L’homme qui devait incarner la réussite européenne, n’est t-il pas en réalité le symbole de la fin de la domination lyonnaise sur le football français ? Il est difficile de répondre à cette question ; C’est encore prématuré. En revanche, un joueur qui laisse le Président Jean-Michel Aulas perplexe, cela sonne faux à Lyon. C’est même du jamais vu ! Le Président, maître de l’anticipation, s’est dit surpris par Lisandro. « Je ne l’avais pas vu comme ça au premier abord sur le plan de la personnalité, mais c'est une star avec toutes les facettes d'une star. Avec lui, il faut que j'adapte un peu mon management ». Lisandro sera donc le premier joueur auquel Mr l’omniprésident accepte de s’adapter. Cela ressemble déjà à un aveu d’échec…

Une absence préjudiciable?

Lisandro ferait donc partie de ce type de joueur qui dérange. Comme Ronaldinho au Milan AC qui a poussé Leonardo dans ses derniers retranchements. A la différence près que Lisandro deviendra un problème de riche quand il sera à nouveau performant. Ce n’est qu’à cette condition que ses caprices passeront inaperçus. A l’heure actuelle, il est le petit boudeur de la cour de récré qui n’a pas encore trouvé ses marques. Du statut de joueur irréprochable, Lisandro est devenu un électron libre indomptable avec 6,5 kilos en trop d’égo ! On ne l’attendait pas à ce rendez-vous. Souvenez-vous, spécialistes et amateurs du ballon rond vantaient, il y a encore quelques mois, l’humilité du travailleur argentin. Désormais, une question se pose : l’adaptation à laquelle doit procéder le Président Aulas pour sublimer sa « star », pourrait-elle l’inciter à pousser à la porte un entraîneur qu’il a lui-même choisi et qu’il soutient avec acharnement depuis deux ans. Il est clair qu’aujourd’hui si Claude Puel à une épée de Damoclès au dessus de la tête c’est en grande partie la faute à « Licha ». S’il parvient à obtenir l’éviction de Puel, il va falloir qu’il se remette très vite en course avant de devenir lui-même le bouc émissaire et que l’OL atteigne une limite sans retour. En effet, on est encore loin d’imaginer Yohann Gourcuff, acheté 22 millions cet été, capable de faire oublier Juninho et permettre à l’OL de retrouver son niveau d’antan. Une chose est sûre, l’absence pour cause de blessure du prodige argentin au soir du 100ème derby du Rhône n’est pas un bon présage…