Accès direct au contenu

Foot - PSG

PSG/OM : « Il n’existe pas dix joueurs au monde capables de réaliser une attaque éclair comme Lucas »

Lucas, PSG

Suite à la victoire du PSG contre l’OM au Parc des Princes (2-0), Pascal Praud a partagé son admiration pour le club parisien et a regretté la réaction des sceptiques.

Sur son blog, Pascal Praud est revenu sur le succès du PSG contre l’OM dimanche au Parc des Princes. « Je ne sais pas si PSG/OM est un grand cru, mais le raid de Lucas en première mi-temps, cette échappée sur 74 mètres, ces dix touches de balle et six adversaires éliminés resteront dans ma mémoire et suffisent à mon bonheur. Lucas transperce la défense de l'OM : il n'existe pas dix joueurs au monde capables de réaliser une attaque éclair comme le Brésilien l'a déclenchée après quatorze minutes. »

« LE BUT DE CAVANI A FAIT LEVER LE PARC DES PRINCES »

« De la même façon, le but d'Edinson Cavani a fait lever le Parc des Princes. Le ballon ne touche pas le sol entre Van der Wiel, Verratti et Lucas. Il atterrit sur la tête d'El Matador, qui envoie Mandanda aux fraises, a indiqué Pascal Praud pour Le Point. J'entends le choeur des beaux esprits expertiser que la rencontre est moyenne, que l'OM n'est pas à la hauteur, qu'Ibrahimovic a joué au ralenti, etc. Les boudeurs de plaisir sévissent dans tous les domaines, éternels pisse-froid qui ne sont jamais contents. Ils dormiraient avec Scarlett Johannson, la trouvant peut-être trop petite ou avec des ongles trop longs, que sais-je. »

« ET APRÈS ÇA, JE LIS QUE CE N’ÉTAIT PAS LE SOIR D’IBRAHIMOVIC »

« Je me suis régalé à voir ce PSG/OM avec les contrôles des joueurs du PSG qui ne partent pas à trois mètres, avec les passes qui arrivent dans les pieds (ou dans le bon espace), avec des actions imprévues, des footballeurs inventifs et des gestes de classe comme seuls les solistes du grand orchestre parisien les réalisent dans le championnat de France, a-t-il ajouté. J'ai commencé avec la chevauchée de Lucas. Comment ne pas évoquer la passe dite à l'aveugle de Zlatan Ibrahimovic, lorsqu'il transmet le ballon du premier but à Maxwell ? Et, après ça, je lis ici ou là que ce n'était pas le soir du Suédois. Le PSG possède huit longueurs d'avance sur Monaco et compte 64 points (dix de plus que l'an passé après 27 journées). Il a plié le championnat. On attend la suite et, la suite, c'est la Ligue des champions. À déguster sans modération parce que le plaisir ne se discute pas. »

Articles liés