Accès direct au contenu

Foot - PSG

PSG : Julian Draxler revient sur la terrible remontada de Barcelone…

Près d’un mois après la remontada subie par le PSG sur le terrain du FC Barcelone, Julian Draxler revient sur cette terrible soirée pour le club de la capitale et explique que la cicatrice n’est pas refermée.

Après avoir battu le FC Barcelone en 8e de finale aller de la Ligue des Champions au Parc des Princes (4-0), le PSG s’est écroulé au Camp Nou quelques semaines plus tard lors du match retour (défaite 6-1). Un terrible scénario pour les hommes d’Unai Emery, avec une remontada historique du Barça. Interrogé par Le Parisien ce vendredi, Julian Draxler raconte cette grande désillusion pour le PSG.

« Je ne pouvais pas imaginer un tel scénario »

« Je ne pense pas que cela puisse s’effacer. Le match aller a été incroyable, certainement le plus grand de l’histoire du club, comme j’ai pu le lire. On savait que le match retour serait très différent à Barcelone. A 3-0, on était tous très nerveux, surtout avec 90 000 personnes derrière. L’ambiance était incroyable, mais à 3-1, j’étais certain qu’on allait s’en sortir. Je savais qu’on n’était pas dans notre meilleur jour mais je ne pouvais pas imaginer un tel scénario. Seuls des joueurs comme Neymar et Messi, avec l’aide de toute cette équipe, étaient capables de marquer trois buts en huit minutes. C’est très, très dur car la Ligue des champions est quelque chose de spécial pour nous. Nous avons joué un très mauvais match, tout simplement. C’est la première chose. L’autre, c’est que Barcelone y a toujours cru et ils ont joué l’ensemble de ce match avec l’envie de marquer des buts. Et le principal problème est qu’on a joué de façon beaucoup trop défensive sans afficher vraiment la volonté d’aller inscrire des buts. C’est compliqué car, face à une équipe comme Barcelone qui passe 90 minutes à attaquer et attaquer encore, c’est très difficile de résister. On n’a pas réussi à gérer cette situation notamment en première période. On était vraiment dans un mauvais jour », explique Draxler.

Articles liés