Accès direct au contenu

Triste comme la pluie

OM : Rémy et Mandanda cachent la misère

OM : Rémy et Mandanda cachent la misère

L’OM a réussi à aligner une troisième victoire de rang en Ligue 1. Malgré la victoire, le Vélodrome a retrouvé la pauvreté du jeu olympien face à Nice.

Lors de ses dernières sorties, à Londres face à Arsenal ou au Vélodrome face à Lens, l’Olympique de Marseille avait séduit par son jeu. Mais dimanche, face à Nice, les hommes de Didier Deschamps ont montré que le 4-4-2 n’était pas la cure du miracle. Malgré la victoire face à Nice (2-0), l'OM n'a pas montré son plus beau visage et les occasions n’étaient pas légion sur le but de David Ospina. Un dimanche grisonnant sur la Canebière, ensoleillé par les habituels Rémy et Mandanda.

Gignac hué à sa sortie… Lucho à son entrée

Titulaire ce dimanche face à Nice, André-Pierre Gignac avait l’occasion de confirmer son bon retour en forme. Sorti à la 60ème minute par Deschamps, Dédé est finalement parti se doucher, au chaud, pendant le dernier quart d’heure. Gignac n’a vraisemblablement pas apprécié les sifflets que lui ont une nouvelle fois adressés les supporters olympiens. On peut le comprendre, sans être brillant, il a été à l’image de l’OM ce soir… intéressant pendant 20 minutes, puis plus rien. Lucho, lui, n’a toujours pas rassuré. A tel point qu’on peut se demander si l’Argentin est véritablement rentré en jeu ce dimanche.

Merci Rémy… et Mandanda

Heureusement, l’OM a encore une fois pu compter sur ses hommes providentiels. Quand il ne marque pas, Loïc Rémy délivre des caviars. Ce soir, l’international français a prouvé qu’il pouvait aussi être réaliste dans la passe. En mode casper les trois-quarts de la rencontre, Rémy a réussi à remporter son duel physique face à Pejcinovic pour centrer, du gauche s’il vous plaît, sur la tête d’un Jordan Ayew altruiste. En fin de match, c’est Steve Mandanda qui remportait son duel face à Dja Djédjé pour éviter l’égalisation de fin de match, le scénario cauchemar de l’OM cette saison. Pour boucler la boucle, Rémy a inscrit le penalty du 2-0 (provoqué par André Ayew)… d’une Panenka ! Quelques minutes de football à se mttre sous la dent, c'est toujours ça de pris... en plus des trois points !