Accès direct au contenu

QUATRIEME DIMENSION

Les Knicks dans un hotel hante

Avant de perdre face à Oklahoma, les Knicks ont passé une nuit cauchemardesque à leur hôtel. Des bruits bizarres, des fantômes... Un climat de peur s'est installé chez eux. Ils racontent. Bouhhhh. Les joueurs de New York n’en dorment plus. Pour préparer leur match contre Oklahoma, le staff des Knicks avaient décidé de passer deux jours sur place dans le Bates Motel Sunday. Un motel particulier, le mot est juste, hanté par les fantômes. «Maintenant, j’y crois, raconte Jared Jeffries. Cet endroit était hanté, c’est effrayant». Le bilan est lourd. Le Thunder s’est imposé sans difficultés apparentes car les New Yorkais, apeurés, n’ont pas beaucoup dormi. «J’ai passé la nuit dans la chambre de Nate Robinson», avoue Eddy Curry, qui n’a dormi que deux petites heures. Je crois sincèrement que l’hôtel est farci de fantômes». Une femme se suicide avec son bébé dans les bras Toujours la même rengaine. Mais que s’est-il vraiment passé dans ce maudit hôtel pour que les mauvais esprits ne le fuient point ? Depuis quelques années, des clients rapportent des bruits étranges, des évènements qui découleraient du suicide d’une jeune femme qui s’était jetée du dixième et dernier étage avec son bébé dans les bras dans les années 30. Cette demoiselle avait en fait entretenu une relation avec le propriétaire de l’hôtel qui les aurait enfermés, elle et son enfant, dans une chambre au dernier étage. Après son suicide, son fantôme Effie se serait accaparé les lieux et ferait des cris d’enfant et de femme mimant une agression sexuelle. Ça fait froid dans le dos, non ?