Accès direct au contenu

De la L2 à la C1 sans passer p

Cette semaine Melina tacle les blesses auxerrois

Elle remet en cause la « Jelen dépendance », largement décrétée la saison dernière, afin de rendre hommage à un petit nouveau qui a fait les beaux jours de la formation bourguignonne et sur lequel il va falloir compter...

Avant de débuter la saison, le recrutement de l’AJA a fait beaucoup rire les amateurs de football. Nombreux sont les sceptiques qui ont été frappés d’incompréhension en observant le peu de moyens mis sur la table pour amener du sang neuf susceptible de permettre à Auxerre de confirmer en L1 et surtout de défendre ses couleurs sur la scène européenne.

En effet, la cellule de recrutement bourguignonne a investi seulement 3,5 millions d’euros pour renforcer son effectif tandis qu’elle voyait partir Daniel Niculae, le joueur phare de la réussite auxerroise pour le compte de la saison 2009-2010.

Parmi les nouveaux arrivants : Anthony Le Tallec et Frédéric Sammaritano.

Le premier étant abonné à l’infirmerie depuis le début de saison n’a pas encore pu faire l’étalage de ses qualités.

Quant au second, mis à part les supporters de Vannes, club de L2 dans lequel il évoluait jusque là, personne ne le connaissait…

Pour la petite histoire, l’achat de ce joueur (pour la modeste somme de 500.000 euros) s’est conclu le dernier jour du mercato estival soit le 31 août, tandis que Jean Fernandez, suite à la qualification de son équipe en Ligue des Champions après une prestation plus que convaincante en match de barrage face au Zénith St Pétersbourg, livrait ses craintes à propos d’un effectif qu’il trouvait trop limité pour être performant tous les 3 jours !

 « Jeannot » disant rarement n’importe quoi, il s’avère qu’effectivement l’AJA peine en ce début de saison pour s’affirmer en championnat. Pour preuve, il a fallu attendre la 11ème journée et la venue de Nice pour la voir gagner à l’Abbé Deschamps !

En outre, bien qu’elle tienne la dragée haute à de sérieux clients en C1 à savoir le Real Madrid, le Milan AC et l’Ajax d’Amsterdam, elle demeurait ,avant mercredi, dernière de son groupe avec aucun point pris.

Mais mercredi soir, revirement de situation ! L’AJA a battu l’Ajax et remporté ainsi son premier match européen de la saison… Avec comme héros de la soirée, celui dont l’arrivée était passée jusque là inaperçue, celui qui jusque à présent s’installait gentiment sur le banc, chasuble sur les épaules : Frédéric Sammaritano.

A l’image de ce joueur de poche d’1m62, les seconds couteaux auxerrois ont tous répondu présents dans un match particulièrement intense et palpitant.

Ce qui me fait dire que l’AJA a finalement un banc bien que j’abondais dans le sens de Jean Fernandez, toujours très lucide sur la situation de son équipe, en ce début de saison.

Avec une attaque recomposée et un coaching payant, les auxerrois ont fait plus que résister aux assauts des quadruples champions d’Europe.

Et voilà qu’une une soirée de Ligue des Champions a suffi pour que la France entière mette un visage sur ce petit gabarit remuant, Sammaritano, qui a fait tourner la tête des néerlandais.

Pour conclure, je ne sais pas si celui qui court toujours après sa première titularisation en Ligue 1 jouera les bons samaritains jusqu’à la fin saison… Mais en attendant si Auxerre bénéficie d’un sursis et peut encore entretenir l’espoir d’exister sur les terrains européens, elle le doit en grande partie à l’altruisme et l’abnégation de son « Minipouss » qui ne demande qu’à grandir…