Accès direct au contenu

Recadré par les patrons

Affaire Busacca Wenger se prend la fessee

Arsène Wenger n'a pas digéré l'élimination face au Barça et le carton rouge reçu par van Persie. Mais Busacca et l'UEFA ont assez mangé, c'est en tout cas le message envoyé par ses boss.

Condamné par l'UEFA alors qu'il a protesté de manière véhémente, en compagnie d'ailleurs de Samir Nasri, sur l'arbitrage de Massimo Busacca après l'élimination lors de Barça-Arsenal (3-1) marqué par l'expulsion de van Persie, Arsène Wenger n'a pas faibli. Wenger a tout bonnement attaqué l'UEFA de front, estimant que l'institution est remplie de « dictateurs arrogants ». On le savait, Wenger n'est pas vraiment un bon perdant, mais apparemment, il a dépassé les limites de l'acceptable selon son club d'Arsenal.

Pour Hill-Wood, l'UEFA ne comprend rien
Le président d'Arsenal, Peter Hill-Wood, est monté au créneau ce samedi pour remettre Arsène Wenger à sa place, et cesser la polémique avec l'UEFA. « L'émotion était très forte. C'est compréhensible mais je ne pense pas que l'on puisse régler les problèmes de cette manière », avant de poursuivre. « Je ne crois pas que les critiques contre les arbitres soient utiles puisque je ne pense pas que cela aboutisse à grand chose. » Néanmoins, comme à Arsenal, on essaie de faire bloc, Hill-Wood n'est pas tout à fait éloigné des pensées de Wenger dans certains domaines. « Ils (l'UEFA) sont des personnes difficiles à gérer. Ils ne vous écoutent pas et ne l'ont jamais fait. »