Accès direct au contenu

Foot - Mercato - OM/OL

Mercato - OM/OL : Valbuena mal accueilli par les supporters lyonnais ? Un membre du club réagit !

Depuis son annonce, l’éventuel transfert de Mathieu Valbuena à l’OL fait grincer des dents du côté des supporters marseillais mais aussi côté lyonnais, oÙ le joueur du Dynamo Moscou était l’un des plus détestés des tribunes rhodaniennes.

Après les tensions ouvertes et médiatisées entre Jean-Michel Aulas et Vincent Labrune, ainsi que le recrutement par Lyon de Jérémy Morel, l’éventuel transfert de Mathieu Valbuena, symbole du Marseille du début des années 2010, du côté de la capitale des Gaules cristallise toutes les tensions entre les deux clubs.

« A LUI DE FAIRE LE NÉCESSAIRE »

Des réactions houleuses attendues tant l’ex-joueur de l’Olympique de Marseille était unanimement détesté par le public lors de son passage en terre phocéenne notamment à cause de ses plongeons à répétitions. Toutefois, un membre du staff lyonnais relativise la venue de l’international Français dans les colonnes du Parisien : « On a conscience que ce ne sera pas facile au début, mais ce sera à lui de faire le nécessaire sur le terrain pour être aimé du public lyonnais, il le sait. On a déjà recruté d’autres joueurs contestés par le passé ». Après Jérémy Morel, Mathieu Valbuena serait donc le deuxième joueur identifié comme « marseillais » à rejoindre l’Olympique Lyonnais cet été.

A SITUATIONS SIMILAIRES, FORTUNES DIVERSES

Et « Petit Vélo » ne serait pas le premier à rejoindre l’OL sans y être en odeur de sainteté. Grégory Coupet en est la parfaite illustration. Arrivé en 1997 en provenance du grand rival stéphanois, le gardien, loin d’être aimé par le public de Gerland a réussi grâce à des performances de haut niveau à s’attirer l’amour des supporters au fil des années. Au point de devenir au milieu des années 2000 un symbole de l’Olympique Lyonnais. Venu de l’AS Saint-Etienne en 2009, Bafétimbi Gomis a mis un peu plus de temps, mais a réussi grâce à ses buts, à se faire respecter de l’exigeant public lyonnais. En revanche, d’autres joueurs n’ont pas eu la chance de connaître le même sort. C’est le cas de Frédéric Piquionne : arrivé de l’AS Monaco en 2008, le Martiniquais n’arrivera pas à se défaire de son image d’ex-stéphanois auprès du public et ne jouera que 26 matchs en deux ans pour quatre petits buts. Même constat pour Benoît Pedretti, venu de l’OM en 2005 et parti à Auxerre en 2006 dans l’anonymat le plus complet après une saison insipide en tant que remplaçant de Tiago et Mahamadou Diarra

Articles liés